Après moults rebondissements et commentaires en tout genre propagés sur Net et dans la presse, en moins d’une semaine que la polémique a débutée (autour des déclarations sur l’homophobie de Lefa), la Sexion d’Assaut publie un communiqué au nom du gorupe.

Communiqué de presse de la Sexion d’Assaut du 28 septembre 2010:

“Même si nous n’entendons pas éluder notre responsabilité, engagée par les propos de l’un des nôtres, nous ne pouvons accepter qu’ait été ajoutées à des paroles réellement prononcées des formules imaginaires, destinées à les aggraver et à donner l’apparence trompeuse d’un discours construit. Il n’a par exemple jamais été question au cours de l’interview d’« une déviancequi n’est pas tolérable », et la retranscription complète de la réponse aurait fait apparaître une position beaucoup plus nuancée que celle qui a été publiée.

Restent des paroles irréfléchies, dont l’ensemble des membres de Sexion d¹Assaut tient à s’excuser auprès de ceux qui en ont été blessés ou choqués.

Ces excuses, certains pourraient être tentés de les regarder comme un aveu de faiblesse, une lâcheté, un manquement à l’obligation de virilité qu’exigerait notre appartenance musicale.

Nous considérons au contraire comme une invitation au courage la remise en cause et la réflexion déclenchées par cette polémique

Nous sommes conscients de la responsabilité que nous confèrent notre notoriété soudaine et l’adhésion d¹un public élargi. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas voulu réagir collectivement sans prendre le temps d¹en discuter sérieusement entre nous, les yeux dans les yeux.

En réalité, si chacun veut bien y regarder de plus près, les propos qui nous sont reprochés, tenus sans haine mais avec une grande légèreté et une ignorance certaine de ce sujet, participent d’une homophobie ambiante,souvent inconsciente d’elle-même, qui traverse tous les milieux sociaux ets’exprime quotidiennement à travers le pays dans les cours d’école, les entreprises, les enceintes sportives, sur la voie publique, et jusque dans les assemblées parlementaires.

Il n’y a pas sur cette question, d’un côté, une France civilisée etvertueuse et, de l’autre, les barbares, mais une réalité qui concerne la société dans son ensemble.

Oui, c’est vrai, nous avons, comme l’immense majorité de nos concitoyens,grandi dans un schéma de pensée hétérosexuel et tranquillement machiste,insensible voire réfractaire à la diversité des orientations sexuelles. Nous avons repris à notre compte, sans distance critique, un discours, un regard, des attitudes, des non-dits tout aussi présents dans les cités que dans les beaux quartiers.

Mais nous ne voulons pas que cet épisode se limite à l’écriture d’une chronique supplémentaire dans le feuilleton très ancien du refus de la différence. Nous souhaitons au contraire qu’il soit l’occasion, pour nous et pour tous, de poser notre regard sur ce que nous ne voulions pas voir,d’écouter celles et ceux que nous ne voulions pas entendre et de nouer avec eux un dialogue jusqu’alors inexistant.”

Qu’en penses-tu ?