Après avoir accordé une interview au parisien et fait la couverture de Next Libération, Booba s’est de nouveau exprimé dans une interview fleuve publiée sur le blog Ragemag. Sans détour, B2O a répondu à tous les sujets le touchant de près ou de loin. Après son featuring avec 2 Chainz, il nous donne quelques infos sur sa collaboration avec Rick Ross : “Il y a de la bonne basse, on va dire. C’est un son bien street, bien lourd, bien efficace.” Interrogé sur le brulant sujet du clash avec Rohff sur le morceau Wesh Zoulette, Booba ne mâche pas ses mots : “Il s’est excité… tout seul ! Il s’est excité, il a insulté, il s’est affiché. Ça fait 10 ans qu’il m’envoie des piques mais je ne me suis jamais intéressé à lui. Je ne vais pas commencer aujourd’hui.” Il poursuit : “Je trouve qu’il ne sait pas écrire, je n’aime pas ses instrus, je n’aime pas son style. Je ne le trouve pas nul mais… quelconque. En termes d’écriture, tu prends des Youssoupha même des Orelsan, ils écrivent mieux que lui. Même Sinik.”

Mais cet entretien était aussi l’occasion pour le Mc de Boulbi de remettre certaines choses au clair à son sujet. A propos de ses supposées origines juives : “Je trouve dommage qu’ils disent que je suis juif comme si c’était une insulte. Les gens disent ça comme si c’était grave. C’est totalement raciste, c’est vraiment des grosses merdes ! Et si j’étais juif, t’inquiètes pas que j’aurais un gros bling-bling avec une étoile de David. Je leur dirai “allez vous faire enculer !” et je le revendiquerai totalement.” A l’origine d’un buzz sur le Net, B2O confirme que c’est bien son père qui discute sur cette vidéo : “Il a fait son petit show… Et c’est bien parce qu’il a mis certaines choses au clair sans le faire exprès.”

Autre gros sujet d’actu : Diam’s. Entre la sortie de son livre et l’interview qu’elle a donnée à l’émission Sept à Huit de TF1, il confie ses impressions sur son retour médiatique : “Elle avait l’air heureuse. Moi je ne vais pas juger, c’est délicat… C’est la religion ! A la limite, j’ai envie de  te dire que je n’en ai rien à foutre (rires). Si demain elle a envie d’être mormone, je m’en fous complètement. Tant qu’elle arrête le rap, c’est le principal.”

D’autre part, dans le cadre de son interview pour Le Parisien, l’interprète de Caramel est revenu sur sa signature chez AZ/Universal pour 400 000 euros : “C’était un gros contrat oui. En tout cas, ce n’est pas délirant pour moi (rires). J’ai une valeur. Aujourd’hui, signer Booba, c’est un minimum garanti. C’est comme quand tu achètes un bon joueur au PSG, genre Ibrahimovic. Tu te dis qu’il y a des chances qu’il marque des buts. C’est vrai que je n’ai jamais vendu en dessous de 100000 exemplaires, j’ai rempli Bercy, c’est mon 6e album. Alors j’ai fait monter les enchères. C’est normal. Il faut savoir se vendre.”

Retrouve un poster exclusif de Booba dans le nouveau R.A.P. R&B, actuellement en kiosque !!!