Après 8 mois de cavale, notamment au Maghreb, Lacrim (30 ans ) s’est finalement présenté ce lundi au commissariat de L’Haÿ-les-Roses dans le Val-de-Marne. 8 mois durant lesquels le rappeur, qui a toujours maintenu qu’il se rendrait, a pu se consacrer à sa vie de famille (notamment à son fils et partager la naissance de sa fille il y a quelques semaines) et à l’enregistrement de ses 2 derniers projets (RIPRO, et RIPRO 2 qui sortira le 11 décembre), ainsi qu’à la mise en boîte de clips tel que Poutine présenté vendredi dernier.

Alors qu’il donnait une série d’interviews la semaine dernière, il s’est confié au Parisien sur sa reddition : “Cette décision était prise depuis longtemps… Quand j’ai pris 3 ans de prison ferme, je n’ai pas réfléchi sur le coup, je suis parti. Ma femme était enceinte de 3 mois à ce moment-là. Je ne savais plus quoi faire. Depuis ma dernière condamnation (à 2 ans de prison en 2012 pour vol à main armé, Ndlr), j’ai changé de vie. J’ai bénéficié d’une libération conditionnelle avec un bracelet électronique. J’avais respecté le contrôle judiciaire, montré que je pouvais être réinséré.”

Sous le coup d’une nouvelle condamnation à 3 ans fermes pour détention et transport d’arme (parce qu’on avait trouvé ses empreintes sur une Klachnikov utilisée lors d’un tournage de clip sur Marseille, et saisie dans le cadre d’une enquête pour trafic de drogue), Karim Zenoud a.k.a. Lacrim qui avait alors choisi la cavale, poursuit : “Depuis que j’ai fui, j’ai eu le temps de réfléchir. Ma fille vient de naître, elle a 3 semaines. J’ai pu la voir, j’ai un fils aussi qui a cinq ans et là maintenant je vais payer ma dette.”

Lacrim – Poutine :