Alonzo : “Il n’y a qu’Akhenaton qui peut dire : c’est mon petit…” – Interview exclusive dans le magazine R.A.P. R&B spécial Def Jam !

Pour son numéro spécial Def Jam France actuellement chez tous les bons marchands de journaux, le magazine R.A.P. R&B a rencontré Alonzo, membre des Psy4 de la Rime et certifié disque d’or en solo avec son album Règlement de comptes.Dans cette édition collector consacrée au mythique label américain Def Jam – dont le bureau français a ouvert en 2011 – et ses artistes (français et américains), le Seigneur de la Rime nous plonge au cœur de son odyssée. Une épopée qui débute dans les Quartiers Nord de Marseille où ce passionné de rap commence à écrire à 12 ans, puis il explore pour nous son ascension, en groupe puis en solo, jusqu’à ses récents succès, sa collaboration avec Booba ou encore la disparition de Dj Sya Styles

COUVE DEFJAM

L’interview commence comme ça :

R.A.P. R&B : Dans un freestyle à l’époque tu disais : “Le 1er qui tousse fait tomber le foyer sous ordonnance…” A quoi ressemblait le foyer dans lequel tu as grandi ?
Alonzo : Je pense que c’était un foyer classique pour les gens qui sont nés dans ce qu’on appelle les cités-dortoirs. Enormément d’enfants, ma mère avait 7 enfants, je suis le dernier. Très tôt, un cousin est venu habiter avec nous. Il est venu des Comores à 5, 6 ans et il est resté ici toute sa vie donc forcément, il appelle ma mère : “maman,” et je le considère comme mon frère. C’est vrai que quand tu vis à plusieurs dans un seul endroit, il y a des choses qui sont virales. On se passait les médicaments, on se refilait les vêtements du grand au petit frère. Après, c’est le parcours classique, Plan d’Aou, Quartiers nord de Marseille. C’est un quartier très très chaud, mais quand les parents arrivaient à tenir leurs enfants et leur donner une bonne éducation, tous ne partaient pas en couille.

R.A.P. R&B :  Tu as commencé le rap très jeune. Tu te souviens de ta 1re rime ?
Alonzo :J e crois que le 1er texte que j’ai écrit, c’est après avoir volé une cassette qui traînait chez moi d’un album d’IAM où Akhenaton dit : “Je suis peut-être feu, mais pas du tout flamme.” Cette phrase, je ne la comprenais quasiment pas (rires), mais elle m’a touché. Je sais que j’ai fait un couplet où je disais : flamme oui, non pas feu ! Un truc bizarre. J’avais vraiment 12 ans. Soprano, Vincenzo avaient formé KDB, Kids Dog Black. Moi, je commençais à chanter un peu, j’ai monté un groupe qui a tenu une semaine, j’étais super motivé. KDB, c’était le 1er groupe du Plan d’Aou. Un beau jour, ils m’ont appelé pour que je rejoigne le groupe. On était des passionnés, mais très travailleurs. On estimait qu’il y avait des groupes à l’époque qui était plus forts que nous comme Carré Rouge, Le Venin. Ce qui a fait la différence entre eux et nous, c’est le travail. Dans un coin de notre tête, on se disait……

Retrouve la suite dans le magazine R.A.P. R&B, le numéro spécial Def Jam France #HS4… actuellement en kiosque ou à commander ici.

Hors-série Def Jam Recordings France – Teaser :

Retrouve R.A.P. R&B…

sur Facebook.com/raprnblemag

ou sur Facebook.com/RAPRnBmagazine

ou sur Twitter.com/raprnblemag

ou sur Instagram.com/raprnb