Akhenaton : “Aujourd’hui, les gens qui rappent sont issus de la variété… C’est pas péjoratif…” – Interview exclusive dans le magazine R.A.P. R&B spécial Def Jam !

Alors qu’IAM vient de rééditer son album classique L’école du micro d’argent et que le groupe marseillais a annoncé un concert évènement le 24 novembre 2017 à l’AccorHotels Arena (Paris), pour son numéro spécial Def Jam France actuellement chez tous les bons marchands de journaux, le magazine R.A.P. R&B s’est entretenu avec Akhenaton, leader emblématique de la formation marseillaise, un des pères fondateurs du rap Fr à la verve toujours aussi aiguisée en interview.

Dans cette édition collector consacrée au mythique label américain Def Jam – dont le bureau français a ouvert en 2011 – et ses artistes (français et américains), AKH nous emmène avec lui outre-Atlantique, revivre la Genèse du label Def Jam, à travers sa vision de passionné. Chill jette également un coup d’oeil dans le rétro d’une carrière bien remplie tant avec IAM qu’en solo et ne manque pas de nous donner son avis sur l’état actuel de son art martien, le hip-hop…

COUVE DEFJAM

L’interview commence comme ça :

R.A.P. R&B : Marseille a toujours eu une place importante dans ta musique. Comment tu perçois l’évolution de la ville, de tes débuts à aujourd’hui ?
Akh : C’est une évolution en dents de scie. J’ai connu très jeune une ville très violente dans les années 70. Fin des années 80, ça s’était doucement amélioré étrangement avec l’arrivée du hip-hop. Il y avait beaucoup d’espoir. Finalement, c’est beaucoup d’espoir déçu. On le voit dans les Quartiers nord, il y a beaucoup de choses qui ont été faites au niveau des constructions, de l’aménagement mais au niveau des habitants, de ce qui leur est proposé culturellement ou au niveau de la vie sociale, il y a un véritable effondrement. C’est toujours une ville scindée en 2, entre le nord et le sud. On dirait 2 villes différentes. Tu te balades dans le sud, tu as vraiment l’impression d’être sur la côte. Tandis que dans le nord, ça ne ressemble pas à une ville du bord de mer. Je pense que l’avenir de Marseille passera par l’interconnexion.

R.A.P. R&B : On est en 2015. Le hip-hop est installé en France, dans les charts et pourtant, son traitement médiatique reste trop souvent caricatural. Comment on peut changer ça ?
Akh : Je me souviens que je râlais, quand il y a 3 ans, des Orelsan, des Youssoupha vendaient plus de 100 000 albums et qu’ils n’étaient pas invités sur les plateaux de télévision quand des artistes qui en vendent 3 fois moins sont de partout. Il faut aussi que nous, dans le hip-hop et dans les quartiers, on arrive à bien diriger nos luttes. On a été rôdé depuis l’enfance à s’attaquer au voisin, on ne sait pas s’organiser, diriger nos luttes. Notre pire ennemi, ça va être celui qui nous ressemble. C’est encore plus vrai qu’avant. Il faut des gros événements qui attirent du monde, organisés par des gens du hip-hop. Des festivals qui évoluent comme Paris Hip-Hop ont fait beaucoup de bien. Il faut en faire pareil partout en France. Ça passe aussi par une radio. Avoir une radio hip-hop nationale sans publicité comme Mouv’, c’est important. Du fait de ne pas avoir de régie publicitaire, on n’a pas la dictature du vendeur de lait qui ne veut pas que des arabes et des noirs achètent son lait (rires). On n’est pas soumis à ces distorsions. Profitons-en pour diffuser des artistes en devenir, avec des émissions spécialisées. Moi, je ne suis pas du tout un connaisseur de rap français, mais c’est bien pour les gamins d’être joué à la radio. Ce ne sont pas les radios privées qui vont les rentrer. Les radios privées, elles ont réduit leur playlist de 30 à 15 morceaux. C’est complexe. Le chemin est encore long.

R.A.P. R&B : Justement, tu te souviens de la 1re fois où tu as été confronté à la culture hip-hop ? C’était sous quelle forme ?
Akh : C’était une émission radio en 1980, j’avais 13 ans. C’était une émission de Radio Star qui était émise de là où, aujourd’hui, on a nos studios (de La Cosca, Ndlr). Ce sont de belles coïncidences. Après en 1984, j’ai eu la chance de partir à New York parce que……

Hors-série Def Jam Recordings France – Teaser :

Retrouve R.A.P. R&B sur :

Blog officiel : http://www.raprnb.com/
Facebook : https://www.facebook.com/RAPRnBMagazine
Twitter : https://twitter.com/RAPRNBlemag
Instagram : https://instagram.com/raprnb/

Pour commander les anciens numéros : http://www.raprnb.com/category/magazine/
Abonne-toi à notre chaîne YouTube : http://bit.ly/SWQUNt