Brahim Zaibat, condamné à payer 1 euro à Jean-Marie Le Pen pour un selfie !

Le 12 décembre 2015, la veille du second tour des élections régionales,  le danseur Brahim Zaibat avait posté sur ses réseaux sociaux un selfie – pris quelques temps auparavant – de lui devant Jean-Marie Le Pen, fondateur du Front National, en train de dormir. En légende de cette photo, il avait écrit : “Mettez-les KO demain en allant tous voter pour préserver notre France fraternelle”, un moyen rigolo d’afficher ses convictions et de lutter par l’image contre le parti d’extrême droite.

Jean-Marie Le Pen avait alors saisi la justice et réclamait au danseur la somme de 50 000 euros pour atteinte à la vie privée et droit à l’image. Mercredi 10 février, le tribunal a rendu sa décision. Il a ordonné à Brahim Zaibat de retirer le selfie en question et l’a condamné à verser 1 euro symbolique au dirigeant politique. “S’il présente un caractère humoristique et a été utilisé par le demandeur pour faire passer un message politique, ce cliché n’en constitue pas moins une atteinte au droit exclusif dont M. Le Pen dispose sur son image”, explique le tribunal. Brahim a donc 48 heures pour effacer la photo sinon il paiera 1000 euros par jour d’infraction. Il doit aussi 3000 euros de frais de justice. Selon son avocat, le danseur a fait appel de cette décision…