Quand Kalash a envoyé le Zénith de Paris sur la Lune ! [Live Report]

Pour accueillir pour la première fois Kalash, le Zénith de Paris affichait complet. Alors que son album Mwaka Moon vient d’être certifié disque d’or, le rappeur-toasteur-chanteur originaire de Martinique a enchanté l’une des plus grandes salles de la capitale avec ses ambiances caribéennes.

Il est quasiment 21h00 quand débute son show qui va durer plus de 2 heures. Une scénographie qui s’anime autour d’un décor composé d’une case créole, les maisonnettes typiques des Antilles, un groupe (2 claviers, 1 guitare, 1 batterie et 1 Dj) et une Lune bien accrochée au plafond de la salle du 19ème arrondissement de Paris : Kalash est comme à la maison ce soir. Et le chaleureux accueil que lui réserve son public aide également à le mettre à l’aise.

[rev_slider alias= »kalash-zenith-2017″]

 

Pendant toute la durée du concert, l’artiste va enchaîner ses plus gros morceaux issus de sa longue discographie, entamée dans les DOM-TOM et poursuivie en métropole. Des sons les plus traps (Bando, Ochan) aux plus lovers (Taken) en passant par le très touchant E.T, le natif de Strasbourg a démontré une large étendue de sa palette musicale. Peu de répit nous est offert si ce n’est pour s’exprimer sur le Blackface, un acte qu’il considère raciste “même si ta mère est noire” précise-t-il (et au sujet duquel il s’était déjà exprimé sur ses réseaux), ou laisser performer des danseurs sur ses propres sons.

[rev_slider alias= »kalash-zenith-2017-2″]

 

Quelques invités ont fait le déplacement et non des moindres puisqu’il s’agit des stars de la scène martiniquaise Yaniss Odua, Lieutenant et Saël ! La chanteuse Satori est également venue poser sa voix sur Moments gâchés tandis qu’une chorale a interprété la chanson des Choristes pendant que Kalash s’exprimait sur l’importance de sa foi. Et quand les invités ne sont pas là, c’est l’hôte de la soirée qui se charge de poser leur refrain (Rouge & Bleu de Booba) ou leur couplet (Niska sur Koussi Koussa) et bien-sûr celui déjà culte de Damso dans Mwaka Moon.

 

Ce morceau a été le final d’un show qui dévoile un artiste complet, dont les morceaux se bonifient sur scène grâce à un très bon travail d’arrangement.