Fini le temps où les graffeurs payaient des amendes colossales pour leurs œuvres? Maintenant eux qui encaissent ! C’est en tout cas ce qu’il s’est passé à New-York, la capitale des graffitis, suite à un verdict, le 12 février dernier.

Le conflit opposait le propriétaire du célèbre immeuble 5Pointz à 21 artistes qui avaient investis les lieux avec son accord. Cette ancienne usine de compteurs à eau étaient devenus un lieu culte du graffiti et le juge, en charge de ce procès  avait qualifié le lieu de “résidence de la plus grande collection d’art à la bombe (de peinture) aux Etats-Unis”.

En novembre 2013, Gerard Wolkof, le propriétaire, décide de repeindre les murs en blanc avant de raser l’édifice pour construire 2 nouvelles tours… sans consulter aucun des artistes ! Sauf que lors du procès, le jury a estimé que plus de la moitié des 49 oeuvres citées dans le dossier méritaient d’être considérées comme des oeuvres d’art “reconnues” et que chacun des 21 artistes concernés avait droit à dédommagement.

Au total, le propriétaire a été condamné à verser 6,75 millions de dollars, (dont plus d’1 million au seul Jonathan Cohen aka Meres One). Une sacré somme et une décision qui pourrait faire jurisprudence