Lartiste pousse un gros coup de gueule et répond à ses détracteurs !

lartiste

Quelques jours après la sortie de son album Grandestino (certifié disque d’or), Lartiste se faisait tabasser en bas de chez lui par des inconnus. Alors qu’il a été hospitalisé et qu’il a dû annuler des dates de concert (dont une soirée à l’Olympia), l’auteur d’un des plus gros tubes de 2017 avait fini par donner des nouvelles rassurantes sur Snapchat.

Une fois cette révélation faite, les rumeurs sont allé bon train sur Internet. Le bruit a d’abord couru que c’était Mister You qui était à l’origine de l’agression.
Chose que Lartiste a immédiatement démentie sur son compte Twitter.

Une nouvelle rumeur, encore une fois démentie par les principaux intéressés, laissait entendre que Marwa Loud était la commanditaire du commando qui s’en est pris à Lartiste.
Si on ne sait toujours pas qui a rossé le chanteur et rappeur franco-marocain, on sait en revanche que ce dernier est très remonté contre certains de ses détracteurs qui pensent qu’il est content de la situation dans laquelle il se trouve.

Dans une salve de snaps, Lartiste vide son sac :

J’ai fait un post disant que j’étais numéro 1 sans promo (sans doute Lartiste fait-il référence à son titre en feat avec Caroliina intitulé Mafiosa qui a été numéro 1 du Top Singles lors de la semaine du 23 mars, NDLR), apparemment ça a énervé certains médias, qui pensent que je suis content de la situation. Je pense que ces personnes ne savent pas ce que c’est de devoir tout changer dans sa vie du jour au lendemain. De se faire voler tout le travail de plusieurs mois et de devoir garder le silence et rester patient parce que la vérité qu’attend le public peut faire tomber plusieurs têtes.

Laissez moi dans mon coin j’ai dû annulé un Olympia, de la promo, des festivals, des opportunités ratées.

Si je n’ai même pas le droit de me réjouir d’être numéro 1 en étant absent je m’en excuse, je vous laisse avec vos vedettes sans problème, moi je reste entier et le public décide au final.

Merci à mon public et aux médias qui gardent un rapport équilibré avec les artistes en n’oubliant pas que les artistes restent des humains.”