Le grand retour de Drake avec son double album était entouré de nombreuses interrogations. Bien sûr, concernant la qualité musicale : avec autant de succès, le Canadien allait-it réussir à se renouveler ? Mais on se posait également des questions concernant ses affaires privées et son beef avec l’équipe de GOOD Music.

Pusha T et Kanye West, les 2 boss du label, ont allumé un feu qui s’est rapidement propagé pour se transformer en un des plus gros clashs du rap US de ses dernières années. Le point culminant de cette embrouille est le morceau The Story of Adidon, lorsque Pusha T dévoile que son rival a un enfant caché. Depuis plusieurs mois, l’ex actrice porno française Sophie Brussaux clamait que son enfant, Adonis, était le fruit de son union avec Drake. Une affaire qui avait été bien endormie jusqu’au morceau de l’ex membre des Clipse.

https://youtu.be/VmwOMtkDxtk

Si dans un 1er temps, Drake n’a pas daigné répondre à Pusha T, on se doutait fort qu’il reviendrait sur cette affaire dans son album. Livrer ses pensées et sentiments dans ses projets fait partie des éléments de la réussite de l’ex de Rihanna. C’est dans l’outro de Scorpion que Drake a décidé de tout livrer : March 14. Il s’agit peut-être de la date d’écriture du morceau. C’est également le jour où il a rejoint Kanye West dans le Wyoming pour enregistrer ensemble : si le résultat du test est tombé à ce moment là, on comprend mieux comment Pusha a pu aborder le sujet avec autant de certitudes !

Quoiqu’il en soit le début du son est clair : “Yesterday morning was crazy/I had to come to terms with the fact that it’s not a maybe […] She not my lover like Billie Jean but the kid is mine” (“Hier matin était fou/Je dois me faire à l’idée que ce n’est pas un peut-être […] Elle n’est pas mon amante comme Billie Jean mais l’enfant est bien de moi”. Il fait référence au tube de Michael Jackson qui niait alors une paternité, sauf qu’Aubrey affirme la sienne.

Pendant tout le long du morceau, il fait le parallèle avec sa propre jeunesse d’enfant du divorce, raconte qu’il a célébré ce test positif (“This the first positive DNA we ever celebrated”), que l’enfant est né, comme lui, au mois d’octobre, le 11 plus précisément…

En livrant un morceau touchant, Drake redresse son image assez écorné par toutes cette histoire… alors qu’il n’a pas forcément le beau rôle au départ !