La carrière professionnelle de Tony Yoka risque de prendre du plomb dans l’aile. Le champion olympique français passait devant l’Agence française de lutte contre le dopage après sa sanction d’un an avec sursis infligé au mois de décembre.

Il avait écopé de cette peine pour avoir manqué quatre contrôles inopinés entre juillet 2016 et juillet 2017. Mais l’AFLD a souhaité prendre le dossier en main et a aggravé la suspension du boxeur, qui est actuellement en pleine conquête pour le titre mondial comme le laisse suggérer le teasing de ses 1ers combats pros, en transformant le sursis en ferme.

C’est l’avocat du mari d’Estelle Mossely, Me Arnaud Péricard qui a annoncé la mauvaise nouvelle pour le clan de Tony à l’AFP : “L’AFLD sanctionne sévèrement ce qu’elle reconnait elle-même n’être qu’une négligence administrative”. L’affaire devrait être porté devant le Conseil d’état pour revoir cette punition à la baisse pour pouvoir de nouveau combattre et ne pas perdre son contrat signé jusqu’en 2020 avec Canal +.