Nike lance une campagne de pub engagée avec le footballeur Colin Kaepernick !

Le courage aurait-il un visage ? En tout cas, son geste est devenu un symbole mondial de contestation. En août 2016, le quarterback des San Francisco 49ers Colin Kaepernick posait un genou au sol pendant l’hymne américain. Souhaitant manifester contre les violences policières faites aux noirs, le joueur avait créé la division dans tout le pays. Sacrilège pour certains, prise de position très courageuse pour d’autres, il n’a en tout cas laissé personne indifférent outre-Atlantique. Donald Trump en personne s’en est mêlé et s’est prononcé sans surprise contre ce geste jugé anti-américain.

Depuis, Kaepernick (30 ans) est clairement boycotté par les équipes de NFL qui craignent les retombées négatives de son arrivée. Au chômage forcé alors qu’il est âgé de 30 ans, l’ancien participant malheureux au Super Bowl en 2012 fait aujourd’hui reparler de lui. Déjà sous contrat avec Nike qui a maintenu son engagement avec le joueur, la marque à la virgule l’a désigné pour sa campagne publicitaire célébrant les 30 ans de son fameux slogan “Just Do It, avec cette accroche : “Croyez en quelque chose. Même si cela signifie tout sacrifier.”

A 3 jours du coup d’envoi de la saison 2018 de NFL, Nike frappe fort et prend donc clairement une position très politique en affichant son soutien pour le “rejeté” de la ligue de football US. Si cette campagne, saluée par Serena Williams (qui a déclaré “spécialement fière de faire partie de la famille Nike en ce jour”), ne réhabilitera malheureusement pas Kaepernick, elle permet au moins de donner une autre visibilité à ce combat. La tenniswoman

La polémique est relancée. En signe de contestation, plusieurs dizaines d’Américains (dont l’engagement politique se situe ailleurs, disons plus dans certains extrêmes…) ont publié des photos et vidéos d’eux brûlant littéralement leurs chaussures, ou autres maillots (avec, pour certains, le hashtag #JustBurnIt). John Rich, star de la country du groupe Big & Rich fait par exemple partie de ces gens. On attend désormais la réaction de Donald Trump, qui pourrait s’avérer tout aussi violente…