“Un spectacle indigne et ridicule…” Alors que se tenait aujourd’hui la 1ère journée du procès de Kaaris et Booba après leur bagarre très médiatisé à l’aéroport d’Orly, les réquisitions du procureur sont tombées. Ce dernier a réclamé une peine d’une année de prison avec sursis contre les 2 acteurs principaux de cet affrontement, à l’état civil : Elie Yaffa et Okou Gnakouri. Dans un plaidoyer de plusieurs minutes, il a notamment déclaré ne pas croire à la légitime défense qui a été plusieurs fois invoquée, regrettant également “la perte de lucidité des 2 hommes”. Il a également requis entre 6 mois avec sursis et 10 mois ferme, mais aussi une relaxe pour le reste des accusés.

“Petits bourgeois du clash” dixit le procureur, qui a résume la situation en ces mots et constaté : “Ce qui est acquis au débat, c’est que [Booba] a porté le premier coup. Mais aussi que c’est [Kaaris] qui est allé à son contact pour engager l’altercation”.
Au cours d’une journée marathon de plus de 10 heures, les 11 participants à cette bagarre ont pu expliquer leur rôle dans cette affaire, à commencer par les 2 rappeurs dont les interventions étaient évidemment très attendues. Chacun s’est en fait renvoyé la balle, Kaaris évoquant une agression délibérée pendant que Booba estimait s’être senti menacé. Plusieurs vidéos des caméras de surveillance de l’aéroport ont également été visionnées par la cour, les avis étant logiquement très différents selon les parties.
Ils ont donc chacun pu commenter ces vidéos. A propos de la vidéo où on entend Booba dire : “C’est la garde-à-vue qui m’attend…”, ce dernier explique son commentaire du fait de la présence de Kaaris face à lui: “il était debout, je me suis que ça ne sentait pas bon…” Devant les images du début de la bagarre, Kopp explique ne pas avoir voulu “aller à l’attaque” et à propos de son high-kick : “J’aurais bien aimé faire autrement, mais je me suis senti encerclé. Le premier coup, je ne le touche pas, c’est un coup d’intimidation.”

Avant le visionnage des vidéos, Kaaris a pris la parole. Assurant qu’il “regrettait la rixe”, il en a profité pour présenter ses excuses aux personnes choquées par les images, expliquant “être dans l’apaisement” : “Je regrette, je présente mes excuses. […] Quelques minutes avant, j’étais en train de faire des photos avec des familles et des enfants.” Puis il a maintenu sa version : ne pas avoir été à l’origine de la rixe. “Certes à des moments, j’ai dû mettre des coups, mais pour me défendre.”

Ce procès est donc loin d’être fini, et en début de soirée c’était au tour des avocats de la défense de prendre la parole. Peu avant 2 heure du matin, le jugement a été mis en délibéré au 9 octobre 2018 (soit 4 jours avant l’énorme concert de Booba à la U-Arena). Le contrôle judiciaire a été levé pour l’ensemble des prévenus.