Kery James : après le rap, le théâtre, bientôt le cinéma !

Kery James

Malgré plus de 25 ans de carrière dans le rap, de très nombreux succès et une reconnaissance quasi unanime de tous les acteurs et les suiveurs du mouvement hip-hop en France, Alix Mathurin plus communément appelé Kery James est bien loin de vouloir raccrocher. S’il s’était rebaptisé Mouhammad Alix pour son dernier projet, le fondateur d’Ideal J (Hardcore) et membre de la Mafia K’1Fry a récemment sorti un morceau inédit intitulé PDM (Pays de Merde) en featuring avec Kalash Criminel. Un nouveau brûlot avec lequel le rappeur engagé d’origine haïtienne a également annoncé l’arrivée d’un nouvel album le 9 novembre.

Amateur de sport et de boxe en particulier, Kery a multiplié ses activités et les expériences durant toute sa carrière. Il s’est d’abord lancé dans la vie associative, puis s’est essayé au théâtre en menant à son terme la pièce A vif. Et alors qu’on attend sa biographie, Kery James parle aussi depuis plusieurs années d’un long-métrage. Il vient de nouveau d’évoquer ce sujet sur les réseaux sociaux. Dans un long message, il revient sur l’idée d’un projet de film – Banlieusards – qu’il a eue il y a 3 ans,  et dont le scénario avait été sélectionné parmi plus de 250 textes par un jury de professionnels du cinéma. Malgré cette reconnaissance, il raconte le long chemin parcouru pour trouver les financements et produire ce film. Il explique n’avoir reçu aucun soutien du monde du cinéma ni de la télévision pour aller au bout de ce projet. Pendant ce temps, c’est donc le théâtre qui lui a ouvert ses portes, une discipline où il a rencontré un nouveau succès avec la pièce A Vif (qui a été inspirée par son projet de film), jouée entre autres au théâtre du Rond-Point à Paris et en tournée pendant plusieurs mois.

Comme il le raconte, malgré les difficultés et les coups durs, il n’aura jamais abandonné son idée. Grâce à son travail, celui de son agent et de la réalisatrice Leïla Sy (qui a réalisé de nombreux clips et notamment ceux de Kery), James a finalement annoncé que le tournage de Banlieusards venait tout juste de débuter ! Accompagnant son message, une vidéo du casting a été mise en ligne : et on découvre un véritable engouement populaire pour participer au film. Il donne d’ailleurs rendez-vous à ses supporters sur Instagram ce matin à 9h pour un live, lors duquel il présentera son équipe et partagera les débuts de cette nouvelle aventure…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Il y a 3 ans, l’envie d’écrire un scénario de long métrage se précise en moi. Je les entends encore me dire « Attention, écrire un scénario c’est compliqué, c’est pas comme une chanson ! » Je l’écris quand même et mon scénario est sélectionné en finale la Commission Sopadin sur plus de 250 scénarios. Quelques temps plus tard, mon scénario est désigné à l’unanimité par la commission Beaumarchais, après qu’elle ait épluché plus d’une centaine de scénarios. Mais malgré cette reconnaissance des professionnels de l’écriture scénaristique, les chaînes de télévision, trop occupée à promotionner la guerre civile d’Eric Zemmour, restent frileuses et hermétiques. Et en France, pas de chaînes, pas de film… Je ne baisse pas les bras et décide d’extraire une pièce de théâtre de ce scénario et de monter sur les planches. Là encore je les entends dire « Attention le théâtre c’est dangereux, c’est pas comme la scène musicale » Résultat, 2 mois quasiment à guichet fermé au théâtre du Rond-Point, plus de 50.000 spectateurs à travers la France qui se sont levés chaque soir pour nous applaudir. Il a fallu attendre 3 ans, que mon agent pour le cinéma et ma première lectrice, Lisa Lebahar me présente un producteur du nom de Toufik Ayadi… Pour que mon film puisse enfin être compris, porté et défendu jusqu’au bout… Si Dieu le veut, demain sera enfin le premier jour de tournage de ce film que je réalise avec Leila Sy qui mets mes mots en image depuis une dizaine d’années, avec une finesse et une puissance dont elle a le secret. Je vous donne rendez-vous pour un live demain sur instagram à 9h. Je vous présenterai quelques membres de l’équipe et vivrai avec vous ce moment important pour ma carrière, mais aussi pour la carrière de tous ceux qui vont arriver derrière en ayant conscience que c’est possible… Possible de quoi ? Possible de faire un film puissant, avec la forme, le fond et sans baisser son pantalon !

Une publication partagée par Kery James (@keryjamesofficial) le

En 2016, il imaginait déjà la possibilité d’un film sur la Mafia K’1Fry alors qu’en salles Straight Outta Compton, qui racontait l’histoire d’NWA, rencontrait un véritable engouement. Une idée qu’il évoquait bien plus volontiers qu’un nouvel album du collectif, quand on lui posait des questions sur le fameux groupe de l’axe Orly-Choisy-Vitry, mais qui n’a jamais abouti. 2 ans plus tard, c’est donc une toute nouvelle page qui s’écrit pour celui qui n’a jamais arrêté de dénoncer les injustices avec sa musique.

Loin d’être un simple porte-parole, il s’est largement impliqué dans de très beaux projets. Depuis 2014, il a lancé la bourse d’étude ACES (Apprendre, Comprendre, Entreprendre et Servir) du nom de son association. Cette aide financière est distribuée chaque année à des jeunes, sans moyens économiques, ayant un projet d’études supérieurs. Une initiative qui a très vite reçu le soutien de parrains, tel Franck Ribéry ou le basketteur international français Evan Fournier.

Le combat continue. Avec Banlieusard, Kery James abordera sous une nouvelle forme les combats et revendications qu’il a toujours défendues. Avec sa plume bien connue et sa verve imparable, boosté par une envie de prouver au monde du cinéma qu’ils se sont trompés en ne le méprenant, le 1er long-métrage du rappeur d’Orly (réalisé par Leïla Sy), promet d’être pleins de vérités qui font mal…