Qui aurait cru que l’avenir de la Sexion d’Assaut et la sortie d’un 3ème album se joueraient aux Prud’hommes ? C’est pourtant ce qu’il risque de se passer puisque Maître Gims et Dawala y ont commencé leur procès.

Pas forcément très médiatisé, le conflit entre Maître Gims et son ancien producteur Dawala ne date pas d’hier. Il y a 2 ans, nous évoquions déjà ce procès qui fait suite au conflit lié au départ de Maître Gims pour créer son propre label (MMC) alors qu’il était encore signé chez le WA. D’ailleurs, on apprend donc que c’est le 24 décembre 2016 précisément que la séparation s’est faite. Le chanteur aurait attaqué ceux à qui il doit encore au moins un projet avec la Sexion d’Assaut car il n’aurait touché que 12% de ses droits d’auteur. Puis c’est dans le morceau Marabout que Meugui règle ses comptes, sans jamais nommer sa cible…

Ce jeudi 10 janvier 2019 au conseil des prud’hommes de Paris, Dawala était venu contrairement à Gims pour la 1ère journée de ce procès pas comme les autres. La 1ère journée de débat était d’ailleurs liée au lieu où ce jugement devait se tenir. En effet, le camp du leader de la Djuna Family a saisi un tribunal du travail alors que pour les avocats de Dawala, l’affaire relève du tribunal de grande instance, “selon l’article 331 du code de la propriété intellectuelle”.

C’est finalement Maître Gims qui a remporté la 1ère manche puisqu’après l’étude du cas et les discours des avocats, le juge a estimé qu’il était compétent pour trancher dans cette affaire selon L’Express entreprise, dont la journaliste était présente au tribunal. Du côté de chez Wati B prod, on compte déposer un recours. Sinon, l’affaire sera bien jugée sous le prisme de code du travail…

Tout ceci reporte bien sûr Le retour des rois. Car contractuellement il ne pourra voir le jour que chez Wati B et les 2 parties ne sont pas d’accord sur la production : Maître Gims (mais également Black M) veulent prendre en main cette partie du travail que Dawala estime lui revenir de droit…