Le nouveau scandale provoqué aux Etats-Unis après la diffusion du documentaire Surviving R. Kelly n’en est qu’à sa 2ème semaine, mais il a déjà des conséquences très importantes pour le chanteur : Sony Music, sa maison de disques, a décidé de rompre le contrat qui la liait à Kelly. Une décision pas encore publiquement annoncée, mais déjà confirmée par des médias particulièrement sérieux Variety et Billboard, citant des sources proches du label RCA (de Sony) dont R. Kelly faisait partie. Elle fait suite aux nombreuses manifestions organisées depuis, entre autres au pied du siège de Sony, dans le quartier de Manhattan.

Réagissant à cette annonce, le manager de R. Kelly, Don Russell, qui a été accusé d’avoir tenté d’intimider plusieurs familles de victimes depuis les révélations télévisées, a déjà affirmé au magazine Rolling Stone que plusieurs labels s’étaient montrés intéressés pour récupérer la légende du R&B : Nous comprenons la position de RCA : ils doivent rester transparents pour le bien des autres artistes qu’ils représentent et avec qui ils génèrent de l’argent. Ils ne sont pas en position de gérer le type d’histoires qui ont été révélées au sujet de R. Kelly. Il n’a pas de problèmes avec RCA. Il a passé l’âge d’être chez RCA. De toute façon, il est prêt pour l’étape suivante de sa vie.”

Les ennuis ne font donc que commencer pour Robert, qui en plus de ses déboires artistiques, pourrait avoir le droit à un nouveau procès rapidement après l’appel d’une juge de Chicago qui a demandé aux victimes “qu’elles se manifestent”…