Soso Maness raconte son vécu en 5 mots : Font-Vert, la Bicrave, Rescapé, Jul, Fianso, Booba… [Interview]

Soso Maness est un des personnages les plus atypiques et attachants du rap français. Plus de 20 ans après ses 1ers pas en studio, il livre son 1er album : Rescapé. A cette occasion, il nous a accordé une interview dans laquelle il revient sur son parcours en 5 mots. 

Résumer la vie et l’œuvre de Soso Maness en 5 mots ? Un défi compliqué tant le chemin emprunté par le Marseillais est long et sinueux. Petit gamin de Font-Vert, il découvre la musique en freestylant lors des bals de quartier organisés là où il a grandi à Marseille. Grâce aux grands de sa cité, il a été connecté très jeune avec la Mafia K’1Fry au point de se retrouver sur l’album d’Intouchable (Les points sur les i) sorti en 2000 – sur le morceau La relève – alors qu’il a tout juste 12 ans.

Son parcours musical va ensuite être marqué par une pause d’une quinzaine d’année. Une période durant laquelle Soso est dans la délinquance, et en particulier le trafic de stupéfiants qui lui a valu des séjours derrière les barreaux. Il revient vers la musique au milieu des années 2010 et se retrouve vite bien entouré puisque c’est Jul qui enregistre le 1er morceau de cette nouvelle carrière : Toto Riina. C’est justement dans le restaurant de Lucia Riina, la fille de cette figure aujourd’hui décédée de la Cosa Nostra, que nous avons rencontré l’artiste marseillais.

C’est donc au comptoir du Corleone (situé rue Daru dans le 8ème arrondissement de Paris) que le roi de la Franc-Manesserie s’est livré au jeu de l’interview en 5 mots. Un entretien qui lui a permis de nous raconter la trentaine d’années (environ, il refuse de donner son âge) qu’il observe dans son rétroviseur. A partir des mots #Font-Vert (son quartier, sa famille…),#SalesMômes (son 1er groupe de rap), la #Bicrave (qui l’a conduit derrière les barreaux), la #ChansonFrançaise et bien sûr #Rescapé (son album), un paquet d’anecdotes dingues en ressortent : les souvenirs avec la Mafia K’1Fry, avec la police, ses rencontres avec Jul, avec L’Algérino (son ancien pion) et Hooss (dans des activités louches) ou encore l’évolution du rap et d’un artiste comme Booba. Convoqué le lendemain de notre rencontre aux Beaumettes, Soso se raconte sans stress ni tabou !

Soso Maness – L’interview en 5 mots :