Les frères Scotch prennent d’assaut le rap français ! [Interview]

Les frères Scotch viennent tous les 2 du 19eme arrondissement de Paris, ont tous les deux 22 ans, ont les mêmes potes, écoutent les mêmes musiques et entretiennent les mêmes rêves ! Ces frères de cœur le disent eux-mêmes, c’est comme s’ils s’étaient toujours connus. Le duo a dévoilé son 1er EP, Neptune, ce vendredi 19 avril, 1er fruit de leur travail depuis leur signature chez Capitol en 2018. Dans la musique comme en interview, les 2 se complètes, finissent les phrases de l’un et l’autre. Un lien fraternel et très technique qu’ils entretiennent et qui les a poussé à se lancer ensemble dans le rap. Rencontre…


   “Mon frère – 2zer Washington – rappe aussi donc forcément ça nous a initié. Clairement, c’est ce qui nous a donné envie d’écrire.”
Leskas

R.A.P. R&B : Petite présentation en quelques mots…
Lekas : Moi c’est Lekas (prononcé Leka, Ndlr), j’ai 22 ans. J’habite à Paris 19, Porte de Pantin. J’ai fait des études de philosophie, mais j’ai tout arrêté pour le rap.
Noskro : Noskro, (prononcé Nosro, Ndlr), 22 et Paris 19 également entre Colonel Fabien et Jaurès. J’ai eu mon BTS chimie en 2018 et pareil, depuis qu’on a signé l’année dernière, c’est le rap à fond (ils ont signés chez Capitol/Univbersal en 2018, Ndlr).

R.A.P. R&B : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Noskro : On était en cours ensemble depuis du CE2/CM1, on avait 8 ans. On a fait tout le reste de notre scolarité ensemble et une fois devenu pote, on s’est jamais lâché…
Lekas : On a grandi ensemble clairement.

R.A.P. R&B : Votre nom de groupe, les Frères Scotch, ça vient d’où ?
Lekas : Non, on est pas frères en vrai ! Ce blase s’est venu d’un jeu de mot. Au moment où on a commencé à rapper, on se voyait avec nos potes dehors, sur les quais, partout dans Paname en faite, et bon, on aimait bien tizer. On avait toujours des bouteilles de Scotch, de Jack Daniel’s…
Noskro : A chaque fois qu’on buvait de l’alcool, c’était du whisky en fait. On voulait trouver un blase fraternel aussi, un mot qui nous lie. Bref, les 2 réunis, ça a donné : “Les Frères Scotch”. Et non, rien à voir avec la série (la série américaine Les Frères Scott (One Tree Hill) créée par Mark Schwahn, Ndlr) !

R.A.P. R&B : Quand le rap est-il entré dans vos vies ?
Noskro : A partir de la 4ème, on a vraiment commencé à rapper devant les gens. Ecrire des textes, on le faisait depuis même avant, mais on a vraiment pris ça au sérieux en 4ème.
Lekas : Même le rap, on l’a commencé en même temps. Mon frère (Lekas est le petit frère de 2zer Washington, rappeur français membre du groupe S-Crew et du collectif  L’Entourage, Ndlr) rappe aussi donc forcément ça nous a initié. Clairement, c’est ce qui nous a donné envie d’écrire. Au début, j’appelais Noskro, je lui disais : ouais gros, regarde ce que j’ai écris, il est bien mon texte ? Au fil du temps, on a commencé à roder des open mic, rencontrer des gens dans le milieu, et c’est devenu notre truc. On voulait du coup faire un projet à nous.
Noskro : On faisait parfois tout un 16, il écoutait ce que je faisais, j’écoutais ses sons, on en discutait, on se conseillait… Au début, on kickait juste, on aimait faire des freestyles, on cherchait pas vraiment à trouver des mélodies ou à faire des choses vraiment carrées. On kiffait juste écrire et rapper. Aujourd’hui, c’est du sérieux. Avec cet EP, on veut vraiment poser notre empreinte, avoir toute une palette de sons qu’on peut exposer, et ainsi montrer ce qu’on sait et aime faire.

R.A.P. R&B : Ton grand frère justement 2zer Washington. Quelle est votre relation avec lui, aussi bien personnelle que dans le milieu professionnel ?
Lekas : Bien sûr, il nous a conseillé de ouf. Quand j’étais petit, c’est lui qui me disait déjà d’écrire mes textes. Au début, je prenais ça un peu à la légère, je grattais de mon côté, mais je ne lui montrais pas… J’ai quand même fini par lui montrer et il m’a dit spontané qu’il y avait moyen de faire quelque chose. Toutes nos maquettes, il a toujours donné son avis, des conseils. Pour les 1ers studios, c’est lui qui nous a passé les contacts. On le sollicite sur à peu prêt tout, sur l’industrie de la musique, sur la DA…
Noskro : Parfois, quand j’étais chez eux, même moi je rappais devant 2zer, pour avoir son avis. Et Lekas il ne rappait même pas, il avait pas envie de se faire allumer par son frère (rires). C’est clairement comme un grand frère pour moi aussi, il nous donne de la force, lui et tous les mecs autour de lui.

R.A.P. R&B : Comment s’est fait la rencontre avec votre producteur, Tefa (il a produit ou collaboré avec un grand nombre d’artistes : Sinik, Diam’s, Kery James, Sniper, Lino, Tandem, Vald, Fianso, LEJ…, Ndlr) ?
Lekas :
On était en train de monter un clip chez Benjamin Auriche (réalisateur du clip Dans ma tête, Ndlr) et on a reçu un mail de l’assistante de Tefa qui nous disait qu’il était intéressé par ce qu’on faisait. On a vite organisé un rendez-vous.
Noskro : On le connaissait pas au début, Benjamin nous en a parlé, et on va vite rattraper nos lacunes… Quand on a réalisé qui s’était, on était euphoriques. C’était en mai 2017. Après le rendez-vous, on a signé direct !

R.A.P. R&B : Comment vous qualifiez votre rap ?
Noskro : Sur cet EP, on voulait vraiment présenter Les Frères Scotch dans la globalité. Les textes sont très importants pour nous, on voulait parler de choses qui nous touchent vraiment. Avec l’expérience en studio, on a évolué aussi au niveau des mélodies notamment. Au niveau de l’écriture, on se complète aussi. On peut écrire chacun de notre côtés nos textes et créer le refrain ensemble.
Lekas : C’est notre 1er EP, fallait que ça soit sérieux et que l’on aborde uniquement des choses que l’on pense et ressent. Je le qualifierais de rap technique. On est ultra diversifié, on aime kicker, on aime les mélodies. On fait aussi bien de l’egotrip que du rap conscient. Perso, c’est introspectif, je me parle à moi-même.

   “Je qualifierais notre rap de rap technique. On est ultra diversifié, on aime kicker, on aime les mélodies.”   Leskas

R.A.P. R&B : Vous vous seriez vu évoluer séparément ?
Noskro : Non, pas du tout. Je me posais cette question récemment d’ailleurs et j’en suis venu à la conclusion que : non, rentrer dans l’industrie musicale en solo, j’en ai pas envie.
Lekas : Je pense qu’être à 2, ça t’apporte une force que tu ne trouves pas en étant tout seul. Nous, notre particularité aussi c’est qu’on est trop complémentaires. Quand je suis avec lui, j’ai pas peur ! (rires)

R.A.P. R&B : Quels sont vos inspirations majeures, et qu’écoutez-vous écoutez ?
Noskro : Drake, Travis Scoot, 2 Chainz, Migos… Tout ce qui s’est fait de bien dans le rap en vérité. Quand on était plus petit, évidemment Rohff, Seyfu, La Fouine, aujourd’hui dans le rap actuel SCH, Ninho, très chaud… On est archi ouvert. Si tu es dans le rap, c’est normal de tout écouter, de t’intéresser à tout, suivre l’évolution à tous les niveaux. En ce moment, j’écoute Isha, un rappeur belge, vraiment très chaud !
Lekas : Noskro me fait écouter beaucoup de rap US. Moi, perso quand j’étais petit j’écoutais que mon reuf. Sur Spotify, j’écoute toutes les playlists rap que je trouve.

R.A.P. R&B : Comment s’est passé l’enregistrement de ce 1er EP : Neptune  ?
Noskro : On avait déjà enregistré des morceaux en studio à Paris. On savait la majorité des sons que l’on voulait sur notre tracklist. Il nous manquait que quelques sons qui tapent, qui soient impactants. On est parti dans le Sud, à Nice. On s’est isolé dans une maison avec Tefa et des beatmakers. Là-bas, on a travaillé sur 4 sons et je pense que ce sont les meilleurs : La Nuit, Pas réel, Mémoire et Neptune.
Lekas : Au total, on a enregistré presque 75 titres et on a fait notre sélection. 

R.A.P. R&B : Dans le rap game, il y a du très haut niveau, de très bons rappeurs donc de la concurrence. Expliquez-nous comment vous comptez tirer votre épingle du jeu ?
Lekas : Nous, on est ultra axé sur la mélodie tout en disant “des choses”. On aime faire du cloud rap, qui est très axé sur le beat, tout en restant focus sur les paroles, rester conscient en quelque sorte. Les thèmes que l’on aborde sont des thèmes qui nous touchent et ça se ressent dans notre musique. Et encore une fois, c’est vraiment dans la mélodie que l’on a développé quelque chose.
Noskro : Il y a notre univers, que l’on est en train de créer. Comme le dit Lekas, les paroles sont très importantes, on veut rester crédible dans ce qu’on raconte, jamais raconter de la merde. On veut que les gens écoutent et lisent les textes sur Genius, tu vois. Que les gens puissent écouter les Frères Scotch à tout moment de la journée, quel que soit l’humeur, qu’ils trouvent un son qui leur plaisent et qu’ils kiffent tout simplement !

  “On veut rester crédible dans ce qu’on raconte, jamais raconter de la merde.”
Noskro

R.A.P. R&B : Dans le titre éponyme, Neptune, il y a un sample du hit du groupe ricain TLC, No Scrubs, comment s’est créée cette prod  ?
Noskro : C’est une prod de Oner, un mec de Place d’Italie, très chaud ! Et oui, le sample de TLC est aussi ouf que la prod. Neptune, c’est clairement notre morceau préféré de l’EP. Le refrain est incroyable. C’est grâce à ce titre qu’on a baptisé l’EP Neptune d’ailleurs.

Lekas : Oui, Oner en tant que beatmaker, il a cette particularité d’être très musicale. On a d’autres surprises qui vont arriver avec lui. Et pour revenir au titre, j’ai toute de suite kiffé la prod, mais j’avais pas forcément d’idée de flow à poser dessus. D’où l’important d’être à 2, c’est Noskro qui avait posé le refrain de fou dessus et je l’ai complètement suivie dans le délire…

R.A.P. R&B : Dans le même titre, Noskro tu dis : “J’écris ma vie mais le biff tombera désormais”, c’était important de le dire ? Tu t’adresses à quelqu’un en particulier ?
Noskro : Ça commence à devenir réel tout ce qu’on commence à vivre dans le rap, la musique. On signe, on sort notre 1er EP, on fait des interviews… Avant j’écrivais mes textes et je rappais pour mes potes, maintenant c’est du sérieux, faut prendre les choses en main… Et oui, on dirait que je parle à quelqu’un mais ça pourrait être à ma mère, par exemple, qui va me demander comment je vais gagner ma vie. T’inquiètes Maman maintenant le biff tombera, on l’espère (sourire) !

R.A.P. R&B : Dans ma tête est un titre très egotrip, c’est un exercice nécessaire encore aujourd’hui dans le rap ?
Noskro : C’est un freestyle qui fait du bien ouais ! C’est dans ce morceau qu’on dit : “Tu veux enculer le game mais t’as pas fait les préliminaires”, c’est purement de l’egotrip. Mais en même temps, on vient pas de nulle part, on a pas commencé à rapper hier, donc on est légitime à sortir ce genre de punchline.
Lekas : Oui, clairement, on voulait kicker, avec un refrain redondant. On s’est dit : “Allez, on turn up”, c’est toujours efficace !

R.A.P. R&B : Dans Pas réel, vous abordez des thèmes très sombres (maladie, violence, viol…), vous aimez aller sur ce genre de terrain ?
Noskro : Ce sont des sujets qui touchent tout le monde en fait. Parfois, les gens ne veulent pas les accepter car forcément ce sont des réalités parfois trash, mais qui sont pour autant réelles. On voulait mettre ça en avant, un coup de projecteur sur la réalité, qui peut être très moche parfois. Tu peux te dire que tout ça c’est pas réel, te voiler un peu la face, mais nous, on est là et on te le raconte.
Lekas : De base, on était sur une prod house, et on voulait ce refrain redondant : “c’est pas réel, c’est pas réel…”, et on voulait parler d’injustices. C’était à l’époque où il y avait eu des violences policières, Adama Traoré, les histoires de viol dans le milieu du cinéma. Tu entends que ça partout, dans les médias, à travers ton écran, mais ça t’influence pas dans ta vie de tous les jours et t’as l’impression que c’est pas réel du coup. Ça nous tenait à cœur sur un morceau de vraiment réfléchir à un thème.

On voulait mettre un coup de projecteur sur la réalité, qui peut être très moche parfois. Tu peux te dire que tout ça c’est pas réel mais nous, on est là et on te le raconte..”
Noskro

R.A.P. R&B : Dans Tourne, Lekas tu dis : “J’écris mes rimes dans la force d’être celui qui pourra changer les choses et nous unir”…
Lekas : Je parlais comme un super-héros dans celui-là (rires). J’utilise beaucoup de référence  mythologiques, de supers-héros, et c’était dans ce délire de dire que la musique et l’écriture ça nous unit. Le super-héros qui va unir les gens grâce à sa musique…

R.A.P. R&B : Dans Mémoire, vous abordez des thèmes comme l’alcool, la bédave, comme quoi tout cela touche à la mémoire, aux souvenirs. C’est vrai que ce sont des sujets très actuels, qui touche le quotidien de tout le monde…
Lekas : Exactement, oui pratiquement tous les gens autour de nous fument, boivent. Quand j’en parle, je l’aborde avec, avant tout, de la réticence. Après je sais que certaines personnes qui le font kiffent et sont dans un bon état d’esprit. Pour moi, personnellement c’est fini, je n’ai plus envie de ça.
Noskro : Ceux qu’ils le font dans un mauvais état d’esprit, c’est aussi pour oublier leurs problèmes j’imagine… Après dans notre son, on évoque aussi la fête, notre génération qui parfois “se rappelle plus de la veille” !

R.A.P. R&B : Quels sont les premiers retours sur Neptune ?
Lekas : La famille kiffent, mon frère kiffe, il est super content pour nous…
Noskro : Tous nos potos kiffent, ils connaissent les sons depuis longtemps aussi, la plupart sont avec nous quand on enregistre en studio… On a montré de ce dont on était capable sur cet EP, on a hâte de découvrir les retours du public.