ScHoolboy Q : L’éternel étudiant de la street ! [Interview]

Si Kendrick Lamar s’est présenté comme le bon gamin dans une ville de fous, ScHoolboy Q, son collègue au sein du label T.D.E, serait à l’opposé. La drogue, la violence, les gangs, Hernett, 32 ans, a tout du gosse de la rue. Aujourd’hui passé du statut de gangsta à celui de gangsta rappeur, le Mc est devenu le côté obscur – et un peu high – de la westcoast… Il a présenté ce 26 avril 2019, CrasH Talk, son 5ème album.

schoolboy q crash talk


  “J’ai gratté mon 1er texte à 16 ans sur l’instru de
The Watcher de Dr. Dre…”

R.A.P. R&B : Si l’on devait revenir au début de l’histoire, avant que tu deviennes ScHoolboy Q. Il faudrait retourner à Wiesbaden en Allemagne…
ScHoolboy Q : C’est ça. Je suis né en Allemagne. Mes parents étaient militaires. J’ai peu connu mon père. On a bougé au Texas avec ma mère pendant une courte période. Et du Texas, on est parti à L.A. Depuis, j’ai pas bougé de là. Avant de devenir ScHoolboy Q, j’étais quelqu’un de normal. En réalité, j’étais rien jusqu’à la naissance de ma fille. Elle est née en 2009. C’est difficile à expliquer comme amour. Elle joue un grand rôle dans ma vie.

R.A.P. R&B : Tu as grandi à Los Angeles. A quoi ressemblait ton quotidien plus jeune ?
ScHoolboy Q : C’était tranquille. J’ai grandi avec ma mère, ma grand-mère et mes potes. Je trainais beaucoup, c’est comme ça que j’ai commencé à avoir des problèmes. Mais c’était pas des problèmes graves. C’est plutôt après le lycée que tout a basculé. Ma grand-mère est morte quand j’avais 15 ans. Ma mère avait déménagé. J’étais seul.

R.A.P. R&B : Kendrick Lamar s’est défini comme “un bon gamin dans une ville de fou”. Toi, tu serais plutôt un gamin fou dans une ville de fous !?
ScHoolboy Q : Je dirais même que je suis un mauvais garçon dans une ville tranquille. Je suis l’une des raisons pour lesquelles la ville est folle. L.A, c’est pas un endroit dangereux, il y a juste certains secteurs qui le sont. En tant que mecs ayant grandi dans le ghetto, on n’aime pas trop bouger autre part. Tout ce qu’on voit, ce sont les gangs, les problèmes. Voilà ce qui se passe quand tu veux pas explorer d’autres horizons, prendre le temps d’aller un peu plus loin pour manger, dans les quartiers plus chics où les gens sont bien dans leur peau et se baladent sans flipper à chaque fois qu’une voiture passe. J’ai un cousin qui a essayé, il est allé à l’université. Il m’emmenait à San José, à sa Fac. C’était cool, mais dès qu’il repartait, je retournais avec les potos…

R.A.P. R&B : Si on te dit Hoover Street (Le quartier de ScHoolboy Q et le nom de la faction Crip à laquelle il a appartenu, Ndlr), ça te fait penser à quoi directement ?
ScHoolboy Q : C’est là que j’ai grandi. Ce sont mes racines. Plus jeune, ma mère a essayé de me séparer de mes potes en m’envoyant dans une autre école, mais ça n’a pas marché, je suis resté avec eux et elle a dû plier. Aujourd’hui, ces mecs sont toujours avec moi, ce sont comme des frères. On a passé nos journées ensembles, on allait en cours ensembles. Maintenant, les gamins restent chez eux et sont sur Internet toute la journée. Quand j’étais plus jeune, on voulait tout le temps être dehors, sur nos vélos. J’ai joué au football américain, j’étais dans une équipe, mais dès que l’entraînement était fini, je retournais dans la street, je trainais. C’est en trainant que tu finis dans un gang.

R.A.P. R&B : Et comment tu passes d’un gang au rap ?
ScHoolboy Q : La musique, c’est arrivé tard. J’avais 20 ans. J’ai gratté mon 1er texte à 16 ans sur l’instru de The Watcher de Dr. Dre. Tout le monde faisait ça, c’était un délire. Je m’y suis mis petit à petit. J’ai pris le nom de ScHoolboy Q parce que j’étais bon à l’école, j’avais des bonnes notes. J’arrivais à gérer l’école, le sport et de l’autre côté, j’avais mes potes. Après, ScHoolboy Q, c’était aussi le nom d’un mac dans mon quartier.

R.A.P. R&B : Le rap westcoast a beaucoup évolué depuis les débuts des précurseurs comme N.W.A (de Dr. Dre justement) ou plus tard Snoop Dogg. En quoi ton rap est similaire ou différent du leur selon toi ?
ScHoolboy Q : Je suis différent, je pense. Eux, ils ont lancé le mouvement, Snoop Dogg, Dre, Ice Cube, Ice-T, Eazy E. Ce sont les fondations du gangsta rap, les traditions : les gars qui faisaient une tête vénère sur leur pochette d’album, des mecs derrière dans les clips qui font des signes de gangs, qui fument de la weed entourés de meufs. Je suis pas comme ça, je m’habille différemment. J’ai pas de bandanas ou de Converse. Mon rappeur préféré, c’est Nas. Jay-Z, même si c’est pas mon préféré, c’est pour moi le meilleur rappeur qui ait jamais existé. Fifty m’a influencé aussi. J’étais plus fan des rappeurs de la côte Est que de ceux de la côte Ouest. J’étais trop jeune pour écouter tous les gens que j’ai cités tout à l’heure. J’adore Snoop Dogg par contre. C’est lui mon vrai parrain du gangsta rap. C’était le vrai 1er crip à le revendiquer, à le montrer avec ses tenues. Mais ça restait cool. Il a joué un grand rôle dans ma musique, il m’a montré qu’il n’y avait pas besoin d’arriver de manière agressive et de faire genre : “Je suis toujours dans la street”. Je ne suis plus dans la street aujourd’hui. Une fois qu’il a dépassé la posture traditionnelle du gangsta rap, il s’est lancé dans autre chose.

R.A.P. R&B : Dans une interview pour CRWN, tu as dit que tu trouvais le rap trop lisse. Tu déplores cet état de faits ?
ScHoolboy Q : Il y a toujours eu des rappeurs qui disaient être ce qu’ils n’étaient pas en réalité. La musique était bien, mais les gars, c’était des blagues. On a eu pas mal de gens de L.A qui rappaient comme des membres de gangs, mais ne l’étaient pas en vrai. Après, heureusement il y a ceux qui sont ce qu’ils disent, comme Snoop. Lui, je le crois.

 


LA VIE DE SCHOOLBOY Q EN 5 ETAPES

 26 octobre 1986  Le petit Quincey Matthew Hanley voit le jour à la base militaire de Wiesbaden en Allemagne de parents tous deux engagés dans l’armée.

 1998  Schoolboy Q a 12 ans. Alors que sa mère travaille de nuit, il se fait des virées dans les rues de L.A jusqu’à 6 heures du mat’. Quelques années après, à l’âge de 16 ans, le futur Mc intégra le gang des Crips de 52 Hoover Street.

2007  La vie du Mc est partagé entre le sport – il a intégré l’équipe de football américain de West Los Angeles College – et la rue. Q est arrêté pour un délit dont il ne souhaite pas parler et fait 6 mois de prison.

 29 juillet 2008   Quincey se met sérieusement au rap et lâche sa 1re tape, Schoolboy Turned Hustla. Il rejoindra quelques mois plus tard le label indé Top Dawg Entertainment avec ses collègues Kendrick Lamar, Jay Rock et Ab-Soul…

 26 avril 2019   Après Oxymoron, sortie de son 5ème album, CrasH Talk. La commercialisation du projet avait été repoussée à plusieurs reprises, la dernière raison fut le décès tragique de Nispsey Hussle. Par respect, ScHoolboy Q avait choisi de décaler la sortie de cet opus sur lequel on retrouve Travis Scott sur le single Chopstix.