Réalisateur à succès des films Boyz N The Hood, 2 Fast 2 Furious ou Poetic Justice, John Singleton s’est éteint ce lundi 29 avril à l’âge de 51 ans. 

Il aura marqué toute une génération et aura ouvert la voie, à sa façon, aux réalisateurs afro-américains. Hospitalisé depuis 2 semaines à la suite d’un accident vasculaire cérébral et placé dans le coma depuis, John Singleton s’est éteint hier soir à l’âge de 51 ans. Une information rapidement confirmée par la famille du cinéaste à TMZ.

1er réalisateur afro-américain à avoir été nommé aux Oscars de la meilleure réalisation en 1992 pour son film Boyz N the Hood, il peignait un tableau particulièrement sombre de l’engrenage des gangs à Los Angeles. Une violence présente dans de nombreux quartiers noirs de la ville masquée par l’Etat où une police aveugle se baladait avec la vision de Ray Charles. Il a également été en course dans la catégorie du meilleur scénario et reste encore aujourd’hui le plus jeune metteur en scène jamais nommé pour l’Oscar du meilleur réalisateur, devant Orson Welles.

Pour beaucoup, Boyz N the Hood restera l’un des classiques du cinéma de cette époque. Né dans la street et largement exporté à l’international, le film aura eu un très gros impact dans les années 90 aux Etats-Unis. Pourtant, rien ne le prédestiné à connaître un tel succès, le casting n’étant pas vraiment incroyable à cette époque avec Ice Cube dont c’était son premier rôle mais aussi Cuba Gooding Jr, Angela Bassett et Laurence Fishburne.

A seulement 22 ans, le réalisateur souhaitait surtout frapper fort en créant une fiction coup de poing, une mission largement réussie puisque le long-métrage a été perçu comme un choc culturel. Ce qu’il ne savait peut-être pas à ce moment-là, c’est qu’il était en train de faire passer un cap à l’histoire du cinéma afro-américain.

Connu en grande partie pour ce film devenu un classique de la culture urbaine, il a également réalisé Poetic Justice (1993) avec Janet Jackson et Tupac, Fièvre à Columbus University (1995) ou encore un remake de Shaft (2000) avec Samuel L Jackson, qui a évidemment partagé dans la foulée sa tristesse sur les réseaux sociaux.

“Je fais le deuil de la perte d’un collaborateur et véritable ami, John Singleton. Il a tracé la voie à tellement de jeunes metteurs en scène, restant toujours fidèle à ce qu’il était et à d’où il venait.”

Des propos particulièrement touchants partagés par de très nombreux rappeurs mais aussi acteurs, parmi lesquels Ice Cube ou Ludacris.

“Honnêtement, je n’arrive pas encore à trouver les mots, Repose en paix, John Singleton, tellement triste d’apprendre la nouvelle.”

“John Singleton faisait partie de mes frères dans l’industrie du divertissement. Il m’a guidé, a cru en moi et quand il s’agit des films, il a vu un potentiel en moi que je ne voyais pas. Sans forcer, il s’intéressait sincèrement à vous, surtout quand vous étiez proche de lui. Quand il m’a donné l’opportunité de jouer dans “Fièvre à Columbus University” et “Shaft”, c’était un rêve devenu réalité pour moi. Je ne pourrais jamais assez remercier John pour l’amour, les leçons, les opportunités et le mentor qu’il était devenu pour moi, tel un grand frère. Je te salue grand frère et que ta transition soit la plus pacifique possible. Nous allons garder ton héritage en vie et tu seras toujours aimé. J’envoie ma bénédiction et mes prières à la famille Singleton.”

ice cube boyz n the hood

“J’ai été découvert par un réalisateur incroyable du nom de John Singleton. Il n’a pas seulement fait de moi une star de cinéma mais également un réalisateur. Il n’y a pas de mots pour dire à quel point je suis triste de perdre un frère, un ami et un mentor. Il adorait amener l’expérience noire au cinéma. Nous à Cannes en 1990.”

“John n’a pas seulement fait des films pour nous et notre culture, il a également réalisé un des clips les plus emblématiques de l’histoire. Il a montré au monde à quoi les égyptiens ressemblaient vraiment ! Je suis heureux d’avoir pu te le dire quand tu étais là mais je le redis : MERCI ! Que Dieu bénisse l’âme de John Singleton.”

“John Singleton a réussi à mettre une caméra et un objectif puissant sur la vraie vie. Quel mec bien. Je repense à cette fois où on était posés ensemble sur ce bateau. Cette photo me rappelle ce jour-là. Reste puissant mon frère. Bon voyage”

Thomas Ngijol, le réalisateur d’origine camerounaise, a également tenu à rendre hommage.

thomas ngijol