Violemment agressé en mai 2018 en bas de chez lui, Lartiste est revenu pour la 1ère fois sur cette affaire.

Comment toucher un plus grand public sans perdre ses bases ? Cela fait un bon moment que Lartiste a répondu à cette équation et ce n’est pas Quartier Latin Vol. 1, son dernier album, qui nous fera dire le contraire. Un état d’esprit qui provoque malheureusement la jalousie, et le rappeur en sait quelque chose puisqu’il a été victime d’une agression violente en mai 2018.

Lors d’un entretien dans le nouveau talk-show Le QG, Lartiste est pour la 1ère fois revenu sur ce triste évènement qui l’avait conduit à l’hôpital alors qu’il était en pleine promotion du projet Grandestino. Une histoire qui met en lumière ce qui peut parfois se passer dans les coulisses du chemin vers la gloire dans le milieu urbain.

lartiste agression

Ainsi, il explique qu’après avoir participé à l’émission Planète Rap qui lui était consacrée et diné avec des amis à lui, 8 personnes l’attendaient en bas de chez lui et l’ont agressé par surprise :  “J’arrive en bas de chez moi et là il y a 8 bonhommes qui sortent de derrière chez moi.  L’année dernière, je sortais un album que je n’ai pas pu défendre parce que j’ai fini à l’hôpital. Ce qui me dégoûtait surtout c’est de taper mon nom sur Google et de voir que c’était le seul truc qui ressortait sur moi.”

“J’peux pas expliquer l’histoire. Culturellement ce pays n’est pas prêt à écouter cette histoire. Parce que justement c’est des histoires de maraboutage, des histoires d’argent, ce sont des histoires qui vont vraiment loin où j’ai failli vraiment peut-être y laisser la vie dans ces conneries. Pour que les choses soient claires, ça représente des millions d’euros. Un truc comme Lartiste pendant 7 ans ça représente quelques millions d’euros en chiffre d’affaires. J’ai pas pu profiter de tout cet argent-là mais j’ai récupéré beaucoup de galères.”

Face aux policiers, Lartiste a préféré garder le silence face aux autorités malgré le fait qu’il connaisse ses agresseurs, expliquant que dans la rue, ce genre d’affaires se règlaient d’une autre manière : “Quand la police est venue, j’ai dit que je ne les connaissais pas, j’ai dit qu’ils étaient cagoulés, je n’ai pas porté plainte. J’ai réglé mes trucs comme un mec du 93 règle ses affaires.”

Il conclut enfin son entretien avec beaucoup de recul sur tous ces événements : “Le public ne se rend pas compte ce que c’est que de revenir de cette histoire, de faire un album 18 titres, de signer 9 artistes derrière dans mon label et être là devant vous aujourd’hui à parler de tout ça…”

Omniprésent musicalement à la radio ces dernières années, l’interprète de Chocolat s’est également lancé dans la production de jeunes talents via son label NuDeal Records. Une structure sur lequel il a notamment signé le rappeur marocain 7Ari.