Dans son autobiographie Let Love Have the Last Word: A Memoir, Common a évoqué l’agression sexuelle qu’il avait subi alors qu’il n’était qu’un jeune enfant.

A 47 ans, Common avait sans doute besoin de se livrer. Le rappeur et acteur originaire de Chicago, dont le dernier projet August Greene réalisé en collaboration avec 2 artistes de Jazz (Karriem Riggins et Robert Glasper) est sorti l’an dernier, a dévoilé hier sa biographie. Un livre où il raconte son incroyable carrière et dans lequel il ouvre largement son cœur, évoquant par exemple sa jeunesse. Il explique notamment avoir subi une agression sexuelle alors qu’il n’était qu’un enfant et qu’il était en voyage avec sa mère, son frère et un proche, qu’il appelle Brandon.

Alors qu’ils se trouvaient dans une maison à Cleveland, Common et ce Brandon étaient censés dormir dans le même lit. Mais au moment de se coucher, le Mc explique avoir commencé par sentir les mains de l’homme sur lui malgré ses protestations : “A un moment, j’ai senti la main de Brandon sur moi. Je l’ai repoussé. Je ne me souviens pas avoir dit grand-chose excepté ‘Non, non, non’. Il n’arrêtait pas de dire ‘ce n’est pas grave, ce n’est pas grave’ en baissant mon short et en m’agressant sexuellement (…) Après qu’il ait terminé, il m’a demandé de faire la même chose sur lui. Je n’arrêtais pas de dire ‘non’ et de le repousser. D’un coup, j’ai ressenti beaucoup de honte.”

Vainqueur d’un Oscar avec John Legend en 2015 pour la BO de Glory, Common a expliqué que ses très mauvais souvenirs étaient remontés l’an dernier, alors qu’il s’apprêtait à tourner dans le film The Tale. Des révélations qui, il l’espère, permettront à certaines victimes de s’exprimer elles aussi quant à ce qu’elles ont subi ou subissent actuellement.