Habituée aux polémiques et aux clashes, aux buzz en tout genre et, limite, aux rubriques faits divers, Blac Chyna risque gros. Depuis hier, samedi 11 mai, elle est accusée par sa coiffeuse de l’avoir menacée avec un couteau après avoir refusé de la payer.

Habituée à faire les gros titres des médias people, Blac Chyna s’est une fois de plus fait remarquer, et pas pour la meilleure des raisons. Des médias US rapportent en effet que la jeune femme de 31 ans est accusée d’avoir menacé puis d’avoir lancé un couteau sur sa styliste alors que cette dernière demandait à être payée. Une scène qui se serait déroulée au domicile de Chyna à San Fernando Valley, non loin de Los Angeles. Surtout, son fils King âgé de 6 ans qu’elle a eu avec Tyga était présent au moment des faits, ce qui pourrait provoquer une intervention des services sociaux.

Si selon la plainte de la victime, Blac Chyna aurait sorti un couteau pour la menacer au moment où elle demandait son dû, des sources citées par TMZ, et dites proches de l’entrepreneuse, réfutent les accusations. Elles expliquent plutôt que Blac Chyna aurait calmement quitter les lieux, mais que la plaignante a envoyé plusieurs canettes de soda sur sa voiture. Selon les 1ères conclusions de la police, la 1ère hypothèse serait pour l’instant privilégiée, mais l’enquête se poursuit. Si elle est reconnue coupable, elle risque une peine de prison et pourrait même perdre la garde de son fils.

Ce n’est pas la 1ère fois que Blac Chyna fait l’actualité pour des conflits avec des personnes travaillant dans la beauté. En janvier déjà, la police avait dû intervenir à son domicile après qu’elle se soit battue avec un homme s’occupant de son visage. Un incident qui s’était produit quelques heures après que la police ait reçu un appel anonyme expliquant qu’elle était alcoolisée et maltraitait sa fille Dream. Une fois sur place, la police avait conclu à un appel malveillant puisque Chyna n’avait pas bu, et que sa fille allait parfaitement bien.

Dans le genre polémiques et dans sa quête de buzz, en avril, l’ex-strip-teaseuse avait fait croire qu’elle avait été admise à l’Harvard Business School, pour prendre des cours online. L’école avait tout simplement démenti son admission, affirmant que le document qu’elle avait publié comme preuve était un faux !