PLK créé la polémique en parlant des prix fixés par les beatmakers

En s’exprimant sur les prix fixés par les beatmakers français, PLK a provoqué de très nombreux débats sur les réseaux sociaux.

Souvent négligés par le passé, les beatmakers ont connu un regain de notoriété et leurs noms sont parfois plus connus que ceux des rappeurs, à l’image d’Ikaz Boi, Pyroman, Guilty, Myth Syzer, Zeg P ou Double X. Autant de blazes que l’on retrouve dans la plupart des derniers hits de rap français, et sans qui cette musique n’existerait pas. Ce n’est sans doute pas eux que PLK visaient dans une vidéo qu’il a publié, ce week-end du 8 et 9 juin, sur ses réseaux sociaux, mais plutôt ceux qui sont aujourd’hui moins connus.

Le rappeur du 14ème arrondissement de Paris a en effet reproché les très grosses sommes réclamées par certains qui, selon lui, ne sont pas assez bons pour avoir de telles prétentions. Il a également pris l’exemple de producteurs américains qui vendent à bas prix des prods sur différentes plateformes. Forcément, le débat s’est poursuivi sur les réseaux sociaux où de nombreux auditeurs, mais aussi des beatmakers lui ont répondu. Si dans la grande majorité, beaucoup vont contre son avis, d’autres ont tenté de le défendre.

Il y a quelques semaines déjà, Booba avait attaqué les beatmakers/topliners après un reportage réalisé par Red Bull. Appelant à ne pas confondre le talent des rappeurs et celui des producteurs, il a évidemment provoqué de nombreuses réactions avec une petite attaque : “A tous les ‘topliners’ qui veulent briller à la place des artistes redescendez sur terre. Ne pas confondre celui qui fait la farine et le boulanger. Merci.”

À LIRE AUSSI: Booba clashe les topliners : “Redescendez sur terre”