Jul en interview : “Quasiment toutes les maisons de disques ont voulu me signer…” !

Alors que des Twingo circulaient dans toute la France au rythme de son son, Jul a organisé, en partenariat avec Deezer, une séance de dédicaces exceptionnelle au stade Vélodrome de Marseille à l’occasion de la sortie de son 11e album, Rien 100 Rien. Avant la rencontre avec ses fans, le rappeur a donné une interview au Parisien…

Le Marsaillais avait annoncé son album mercredi 12 juin au matin. Un projet censé être surprise mais dont la pochette avait fuité sur les réseaux… Le rappeur était quelque peu déçu de cette fuite, mais la joie de ses millions de fans a rattrapé le coup.

Crédit Photo Le Parisien / Fred Dugit

Le journal Le Parisien, présent sur place, rapporte qu’ils étaient plus de 2 000 fans à s’être réunis à l’entrée du stade Vélodrome pour accueillir leur idole. Des supporters de tous les âges (5 ans à 77 ans !). Selon le journal, certains étaient présents depuis 7h30 du matin, venus de toute la France : Lyon, Montpellier, Bordeaux, Istres, Givors et même Dunkerque !

C’était la toute 1ère séance de dédicaces du rappeur marseillais. Un événement organisé par Believe, son label de distribution et la plateforme Deezer, dont Jul est le plus gros vendeur “tous styles et pays confondus”. Il y cumule plus de 2 milliards de streams.

Vers 14 heures, Jul arrive, survêt-claquettes au volant d’une Twingo pimpée pour l’occasion. Une opération de com’ organisée par lui et Deezer dans plusieurs villes de France, un cortège de voitures qui distribuait des albums physiques gratuits aux gens qui croisaient la route des petites voitures.

À LIRE AUSSI: Après PNL et ses Uber, Jul et son cortège de Twingo pimpées ! [Photos]

Durant la séance de dédicaces, Jul était “attablé devant un mur de disques d’or et de platine”, comme le nom de son label indépendant. Cette posture reprenait les mêmes codes que la pochette de Rien100Rien.  Le rappeur prend des photos, discute, signe, remercie, toujours en toute simplicité, sa marque fabrique.

A l’interview accordée au Parisien avant sa rencontre avec ses fans, Jul se laisse aller aux confidences, lui qui reste toujours si discret. L’artiste reste surpris de tout son succès :
“Je leur dois bien ça, ils me soutiennent, me défendent depuis le début. Quand j’ai commencé la musique, je n’avais aucun espoir de percer. Je ne connaissais personne. Tout ce qui est arrivé s’est construit à force de travail, le mien, celui de ma famille, de mon équipe et de la team Jul […] Quand j’étais gamin, personne n’est venu faire un clip dans mon quartier, personne ne m’a donné de CD. Alors j’essaye de le faire, de donner la force aux jeunes.”

Jul est connu pour sa simplicité et sa générosité. L’artiste a fait plusieurs albums gratuits durant sa carrière et distribue souvent ses vêtements et des cadeaux aux enfants de Marseille. Son label, D’or et de platine, créé en 2015 était dans l’optique de rester indépendant, mais c’était aussi pour ouvrir la voie à d’autres talents :
Ouvrir mon label à des jeunes que j’aime, c’est la prochaine étape, quand j’aurai un peu de temps. Les maisons de disques me regardent comme un intrus. Quasiment toutes ont voulu me signer mais je préfère rester indépendant. Je fais ce que je veux, comme sortir des albums gratuits. J’ai lancé la mode”

Crédit Photo Le Parisien / Fred Dugit

Qui dit succès, dit bénéfices. Tous ses projets lui rapportent, mais encore une fois le rappeur reste fidèle à ses principes :
“La musique me rapporte beaucoup d’argent, enfin je pense, car je ne regarde pas combien je gagne. Et cet argent, je n’en fais pas grand-chose en fait, je n’ai pas trop de passions, je ne vais pas en boîte, je ne fais pas les magasins, je ne vais pas au cinéma. Je ne peux plus y aller. Avec mon argent, j’aime bien me louer une voiture, jouer à FIFA avec les collègues et faire de la moto l’été […] Je suis mon petit chemin […] Je viens de finir mon album il y a 2 semaines, je vais me mettre à fond sur la tournée, je vais attaquer le sport, je vais réapprendre mes vieux sons, j’en fais tellement.

Crédit Photo Le Parisien / Fred Dugit

Ultra productif et acharné de travail, c’est aussi ce qui caractérise l’artiste. Rien100Rien est son 18ème projet et 11ème album studio de sa carrière.

Posant devant le stade toujours pour Le Parisien, il regarde ce lieu mythique marseillais et confesse : “C’est trop grand pour moi. Donner un concert ici, c’est un rêve d’enfance. Je jouais à l’OM, j’avais la carte d’abonnement, j’y allais tout le temps. Si tout se remplit, ce sera une fierté.

Le rappeur de 29 ans sera le 6 juin 2020 au Vélodrome de Marseille et le 13 novembre l’AccorHotels Arena à Paris.