Kalash : qualifié de “chanteur franco-martiniquais” par RMC, il répond !

Le Mc Kalash a poussé un coup de gueule contre RMC. Sur son compte Instagram, l’artiste relaie un article publié par le média de sport qui le mentionne et parle de ses origines…

L’article relayé par Kalash avait pour sujet le football féminin. En effet, le média s’interrogeait sur ce que les Bleues écoutaient durant la Coupe du monde. On apprend que la Dj chez l’équipe de France féminine est Griedge Mbock et on découvre que Les Tricolores, qualifiées en huitièmes de finale, ont énormément d’artistes dans leur playlist : Aya Nakamura, Vegedream, Dadju et Kalash ! En mentionnant le rappeur, RMC à travers son journaliste qui a rédigé le sujet (un certain TH) qualifie l’artiste de “chanteur franco-martiniquais”.

Une appellation qui n’a pas du tout plu à Kalash, et pour cause, qui a fait un screenshot de l’article et entouré de rouge le passage en question. En légende, il écrit : “C’est quoi franco-martiniquais ? Annulez les épreuves du bac apparement ca sert a rien pour devenir journaliste youpiiii

Sarcastique, il demande même l’annulation des épreuves du Bac 2019, qui se déroule en ce moment en France, et tacle les journalistes (de RMC), qui au-delà d’avoir mal fait leur travail, ont des connaissances limitées en géographie et en histoire…

À LIRE AUSSI: BAC 2019 : le rap game inspire les candidats pour l’épreuve de philosophie…

Kalash, de son vrai nom Kévin Valleray, est un artiste originaire de la Martinique, un département tout simplement français, au même titre que le Val-de-Marne ou la Gironde, sauf qu’il se situe outre-mer. Comme quoi certains clichés sont bien encrés !!!

Dans une 2ème version de l’article, le média “franco-français” a présenté ses excuses au rappeur dans un petit message : “Edit: Une précédente version de l’article présentait Kalash comme un “chanteur franco-martiniquais”. Une formulation très malheureuse qui n’a pas lieu d’être. Toutes nos excuses à Kalash.”

Le Mc utilise souvent ses réseaux sociaux pour partager sa vie avec ses fans, partager sa musique et aussi prendre la parole sur les sujets polémiques le concernant. C’était déjà le cas après l’affaire du 16 mars. Après avoir été invité par Drake à monter sur scène, il avait accroché quelques voitures sur les Champs-Elysées à bord de sa Porsche avant d’avoir une altercation musclée avec les forces de l’ordre. Soupçonné d’avoir commis un délit de fuite, il avait été arrêté. L’artiste et son entourage avaient expliqué les faits dans un communiqué rédigé par son avocat, et publié sur ses comptes Facebook et Twitter.