NBA : Giannis MVP, Rudy Gobert encore nommé défenseur de l’année

Le Grec Giannis Antetokoumpo a été désigné cette nuit MVP de la saison régulière de NBA. C’est la 3ème fois qu’un joueur non-Américain remporte ce trophée.

S’il était le grand favori pour remporter le trophée de meilleur joueur de l’année, l’ailier Grec des Milwaukee Bucks Giannis Antetokoumpo a officiellement été désigné cette nuit MVP lors de la désormais annuelle cérémonie des NBA Awards. Un trophée qu’il remporte après une énorme saison ponctuée par 27,7 points, 12,5 rebonds et 5,9 passes décisives de moyenne et le meilleur bilan de la dernière saison régulière, puisque la franchise du Wisconsin totalisait 60 victoires pour 22 défaites. Il devance au classement l’arrière des Houston Rockets James Harden, second pour la 3ème fois en 5 ans, et l’ailier du Thunder Paul George.

Des chiffres qui n’ont malheureusement pas permis à Milwaukee de dépasser la finale de la conférence Est, échouant face aux futurs champions, les Toronto Raptors et leur star Kawhi Leonard. Ce n’est d’ailleurs que la 3ème fois qu’un non-Européen reçoit une telle distinction après le Canadien Steve Nash en 2005 et en 2006 et l’Allemand Dirk Nowitzki en 2007. Particulièrement ému, lui qui a connu la grande pauvreté avec sa famille dans les rues d’Athènes durant son enfance, Giannis a fondu en larmes au moment de son discours.

Tandis que le Slovène Luka Doncic (Dallas Mavericks), le Camerounais Pascal Siakam (Toronto Raptors) et l’Américain Mike Budenholzer (Milwaukee Bucks) ont respectivement reçu les trophées de rookie, de meilleure progression et de coach de l’année, un Français a également reçu les honneurs de la NBA. Pour la 2ème fois consécutive, Rudy Gobert a été nommé défenseur de l’année devant Giannis et Paul George. Une sacrée récompense pour le pivot de 2 mètres 16 des Utah Jazz auteur d’une très grosse saison (15,9 points, 12,9 rebonds, 2,3 contres de moyenne) et pilier de l’une des meilleures défenses de la ligue.

Si plusieurs autres prix ont été remis à l’occasion de cette soirée, les légendes Larry Bird et Magic Johnson, symboles de l’immense rivalité entre les Celtics et les Lakers, ont été honorées pour leur immense carrière. Un prix honorifique qui ne suffirait pas à saluer ceux qui ont changé à tout jamais la face de la NBA et lui ont offert l’une des plus belles pages de son histoire.

Enfin, Shaquille O’Neal, toujours disposé à nous gratifier de quelques uns de ses meilleurs pas de danse, a assuré le spectacle sur la scène, mêlant rap et quelques notes d’humour.