R. Kelly plaide non coupable face aux accusations de crimes sexuels

Mardi 16 juillet, R. Kelly a plaidé non coupable aux chefs d’accusation fédéraux dont il est inculpé. Il va rester en prison jusqu’à nouvel ordre…  

La justice américaine devait décider ce mardi si R. Kelly restait incarcéré ou non. Eh bien sa demande de remise en liberté sous caution a été rejetée par les juges. Un nouveau rebondissement dans cette affaire de crimes sexuels ultra médiatique outre-Atlantique. Selon les personnes présentes sur place, le chanteur portait la combinaison orange des prisonniers américains et était enchaîné aux chevilles dans la salle d’audience de Chicago, où était énoncé le compte-rendu des juges.

À LIRE AUSSI: R. Kelly soutenu par ses esclaves sexuelles à son procès ?

Il était déjà en prison depuis 5 jours après avoir été arrêté à cause des nouvelles accusations de pornographie infantile et détournement de mineurs. L’artiste pourrait donner une conférence de presse en compagnie de son avocats avant son procès dont la date n’a pas encore été fixée. En attendant le discours de R. Kelly, c’est son avocat, Steve Greenberg, qui s’est exprimé devant un parterre de journalistes après le verdict. Dans une vidéo du média américain Chicago Sun-Times, l’avocat du chanteur déclare qu’ils sont évidement très déçus du verdict. Il précise également que l’artiste mérite d’être détenu dans des conditions humaines, car au vu de sa notoriété dans la prison, les conditions sont difficiles pour lui, notamment avec les autres prisonniers. Steve Greenberg est par ailleurs dans le viseur des juges en ce qui concerne ses pratiques en matières de défense…

R. Kelly maintenu en détention

Les procureurs fédéraux ont été clairs dans leurs propos et ont décrit Robert Kelly comme étant “an extreme danger to the community, especially to minor girls” (un danger extrême pour la communauté, en particulier pour les filles mineures). Le juges ont peur que la célébrité et le pouvoir qu’excerce le chanteur sur son entourage fassent obstruction à la justice, et permettent de le libérer plus facilement : “Mr. Kelly was the leader of that conspiracy to obstruct justice. Whatever his co-defendants did in furtherance of that obstruction of justice, they did on his behalf” (M. Kelly était le chef d’un complot visant à faire obstruction à la justice. Tout ce que ses avocats ont fait pour faire obstruction à la justice, ils l’ont fait.)