Kodak Black lâche un freestyle sur Instagram depuis la prison

Toujours incarcéré dans son affaire de falsifications d’informations, Kodak Black a dévoilé sur son compte Instagram un freestyle inédit.

A 22 ans seulement, la vie de Kodak Black ressemble à celle d’un personnage de fiction. Déjà considéré comme un rappeur confirmé malgré son jeune âge, le natif de Pompano Beach en Floride s’est aussi fait remarqué par ses divers arrestations et passages en prison. C’est ainsi qu’il a été une nouvelle fois arrêté en mai avant de performer sur la scène du Rolling Loud Festival qui se tenait non loin de Miami. La police le soupçonnait d’avoir falsifié des informations sur son casier judiciaire afin de pouvoir se procurer légalement des armes, ainsi que d’avoir participé à une fusillade où l’un de ces pistolets a été retrouvé. S’il a plaidé non-coupable, Kodak devra rester derrière les barreaux jusqu’à son procès puisqu’il est considéré comme “dangereux” par la justice.

À LIRE AUSSI: Kodak Black : de nouvelles informations après sa dernière interpellation

Malgré cette situation évidemment pas vraiment évidente, d’autant qu’il attend de connaître la peine qu’il devra effectuer, Kodak Black n’en reste pas moins un passionné de rap qui n’a probablement pas arrêté pour autant l’écriture. C’est ainsi qu’est apparu cette nuit un freestyle inédit de l’auteur de Skrilla ou de Transportin’ sur son compte Instagram. Une belle surprise évidemment inattendue par les fans du rappeur, qui ont découvert quelques secondes de musique diffusées à travers le téléphone de la prison.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#FREEME #BEHINDTHEWALL #KILLBILL #SG 🎯

Une publication partagée par KILL BILL (@kodakblack) le

Il se livre également à une phase visant directement la jeune rappeuse et compagne de Southside, Yung Miami : “J’ai acheté une bague à Yung Miami, elle voulait un baby 808. Quand je la verrais, j’vais frapper cette salope dans le ventre. La façon dont je fais mon business est réelle; ils disent que je gache mon argent”. Des propos violents envers celle qui a annoncé attendre un enfant du producteur, ce dernier répliquant rapidement sur les réseaux sociaux : “Quelqu’un dit à Kodak de sucer une bite. Ah bon ? Sors de prison déjà, tapette”. Prison ou pas, Kodak ne peut définitivement pas s’empêcher de s’embrouiller…