Sur Instagram, Booba a évoqué les circonstances de la fusillade qui s’est produite après la fin du tournage de son clip Glaive.

De passage à Paris pour le tournage de son clip Glaive avant d’entamer une série de showcases, Booba s’est d’abord rendu ce lundi soir dans la cité Pablo Picasso, à Nanterre, dans son 92 natal. Arrivé tel une rockstar, le Duc est notamment apparu un bébé pitbull dans les bras sous les yeux de dizaines de curieux, et de supporters, qui ont acclamé le rappeur et ont également reçus des T-shirts. Ce mardi, c’est dans le 93, dans une zone industrielle d’Aulnay-sous-Bois que B2O et son équipe se trouvaient afin d’y prendre de nouvelles images. Mais peu de temps après le départ du rappeur et de certains de ses proches, vers minuit, ceux restés sur place vont être violemment agressés. Tandis que plusieurs sont frappés, Ibou, pote de longue date de Booba, va même être la cible de coups de feu, sans que sa vie ne soit menacée. Blessé à la jambe, il sera conduit à l’hôpital.

À LIRE AUSSI: Booba : une fusillade sur le tournage de son clip à Aulnay-sous-Bois !

Après avoir ironiquement réagi ce mercredi, Booba s’est expliqué plus sérieusement sur les évènements, détaillant ce qu’il s’était passé sur place. Il confirme avoir quitté les lieux 20 minutes avant et affirme que les agresseurs voulaient visiblement saboter le clip puisqu’ils ont tentés de récupérer les rushs filmés sur place. Il reste enfin silencieux quant aux auteurs de cet acte, même s’il semble bien avoir une petite idée

Le parquet de Bobigny a de son côté confirmé avoir ouvert une enquête pour “tentative de meurtre en bande organisée” et va interroger de nombreux témoins de cette violente agression. Si la piste du règlement de comptes est évidemment prise au sérieux, la justice privilégierait actuellement celle menant à une “simple” tentative de vol du matériel de tournage et des bandes vidéos.