En prison depuis le mois de mai, Kodak Black a plaidé coupable aux accusations portées contre lui par le gouvernement fédéral.

Alors que son procès était prévu en septembre, le rappeur de 22 ans a plaidé coupable aux accusations qui pesaient contre lui, lors d’une audience qui se tenait ce jeudi 22 août au tribunal fédéral de Miami. Un rebondissement dans cette affaire quant on sait qu’il avait à l’origine plaidé non coupable le 15 mai. En effet, Black est inculpé de crimes, notamment de fausses déclarations sur des formulaires fédéraux pour l’achat de 3 armes à feu. Les procureurs ont déclaré qu’une arme, achetée par Black, avait été trouvée sur les lieux d’une fusillade à Pompano Beach survenu le 7 mars 2019. Sur ce changement d’avis soudain, Bradford Cohen, son avocat, a déclaré que Kodak avait peut-être été “dérouté par le jargon juridique du formulaire” sur l’enregistrement des déclarations sur les armes à feu…

À LIRE AUSSI: Kodak Black lâche un freestyle sur Instagram depuis la prison

La tuerie, dont il est inculpé, avait éclaté dans le quartier d’où est originaire le rappeur en février et ciblait un rappeur rival… Les forces de l’ordre sur place ont indiqué que de nombreux indices incriminaient Kodak. Car en plus de l’arme à son nom, un MPX K qu’il avait acheté en février, ses empreintes et l’une de ses balles coincées dans la chambre à coucher, une Porsche Panamera, louée à son nom, a été abandonnée à 14 kilomètres du lieu du crime…

Dans cette affaire, Kodak Black risque jusqu’à 8 ans de prison. Alors qu’un juge fédéral a rejeté sa demande de caution en disant qu’il était “un danger pour la communauté” en raison de son (long) casier judiciaire, il reste donc dans le centre de détention fédéral de Miami jusqu’à son procès, qui se déroulera donc le 13 novembre 2019. Kodak, jugé donc coupable aux accusations portées contre lui, fait face également à des accusations de drogue, d’armes et d’agression sexuelle (pour une affaire de 2016 en Caroline du Sud) dans d’autres Etats.