A l’écart de la scène médiatique depuis quelques années, Diam’s a rompu son silence en livrant une interview au média saoudien Arab News. Elle y revient sur son changement de vie et sa conversion à l’islam…

L’ancienne rappeuse a donné une interview à une chaîne saoudienne à l’occasion de son pèlerinage à La Mecque. C’est son 2ème entretien, 7 ans après celui dans l’émission Sept à Huit sur TF1 où le public français découvrait Diam’s avec le hijab en 2012. Lors de ce 2nd pèlerinage à La Mecque, Mélanie Georgiades de son vrai nom, revient en anglais – pendant 2:23 – sur ses succès passés, elle qui a été la 1ère star féminine du rap français.

“Ça a été un gros choc pour les Français…”

La jeune femme qui a mis un terme à sa carrière artistique en 2009 ne la renie pas : “Je ne dirai jamais que ce n’est pas moi. C’était bien moi. Mais maintenant je suis différente”L’interprète de La boulette a tout de même plus de 4 millions d’albums vendus à son actif, entre 1999 et 2009. Convertie à l’islam en 2008, elle revient sur cette conversion et explique également son rapport avec les Français une fois qu’elle s’était montrée voilée : Ça a été un gros choc pour les Français. Ils me connaissaient comme la chanteuse que j’étais et puis, un beau jour, j’apparais avec un voile. Des photographes m’ont prise en photo devant une mosquée. Les gens se sont demandé comment c’était possible. Le voile, c’est impossible pour eux, vous savez. Et au début, je n’en ai pas parlé aux médias, car je ne savais pas quoi dire. La foi, c’est très difficile à expliquer.”

À LIRE AUSSI: Diam’s donne une rare interview télé pour Sept à Huit [Vidéo]

“J’étais très très triste et j’étais seule”

Selon certaines informations, Diam’s ne vivrait plus en France mais en Arabie saoudite, depuis 2 ans avec son 2nd mari et ses 2 enfants, Maryam et Abraham. Apaisée, elle se consacre à sa famille et à son association, le Big Up Project, qui vient en aide aux enfants défavorisés d’Afrique. En effet, c’est après un voyage humanitaire sur le continent africain, en l’Algérie, au Mali et au Gabon entre autre, qu’elle lance cette organisation bénévole, et à laquelle elle reverse l’intégralité des royalties de son nouvel album, SOS, son 4ème et dernier album, sorti le . Sur cette période de sa vie, la mère de 39 ans raconte : “Un jour, j’ai réalisé que l’argent, le succès, le pouvoir ne me rendaient pas heureuse. Je cherchais le bonheur. J’étais très très triste et j’étais seule […] Je n’avais pas réalisé que je devais parler à Dieu. Et maintenant, quand il se passe des choses dans ma vie, bonnes ou mauvaises, je sais qu’Allah m’écoute.”.
Rarissime dans les médias, cette interview est une aubaine pour tous ceux à qui l’artiste manque…

Diam’s – From rapper to pilgrim :