Meek Mill. Le rappeur ricain est enfin débarrassé de ses ennuis judiciaires, qui ont duré plus de 12 ans !

C’est un sombre chapitre qui se ferme pour Meek Mill. Le rappeur plaide coupable pour possession illégale d’une arme à feu et voit toutes les autres accusations contre lui abandonnées. Mardi 27 août, l’artiste a annoncé la nouvelle de cet accord conclu avec les procureurs, qui ont abandonné les 6 autres chefs d’accusation découlant de son arrestation en 2007. Son cas, très médiatisé avait provoqué un véritable débat outre-Atlantique sur la réforme du système de liberté conditionnelle et les inégalités qui existent entre Noirs et Blancs aux US.

À LIRE AUSSI: Meek Mill et Jay-Z s’engagent pour réformer le système de justice américain

 

S’adressant au tribunal après l’audience, Meek Mill a exprimé sa gratitude : “Je suis extrêmement content que ma longue bataille judiciaire soit enfin derrière moi”. A sa sortie du tribunal de Philadelphie, en Pennsylvanie, l’artiste de 32 ans s’est retrouvé face à une foule entière et une conférence de presse l’attendait. Devenu un symbole du dysfonctionnement judiciaire américain, il a annoncé n’être plus en probation à un public en délire, qu’il a remercié longuement pour le soutien qu’il a reçu : “… je voulais juste venir ici moi-même et remercier tous les supporters parce que je sais que vous avez probablement des membres de votre famille en prison ou des gens qui vivent la même chose que moi et je continuerai à faire ce que je fais avec le mouvement de réforme, et à aider les gens qui m’ont aidé.”

Le système judiciaire en cause…

Après avoir été reconnu coupable de possession d’armes et de stupéfiants en 2008, le chef de Dream Chasers avait effectué 6 mois de détention avant de bénéficier d’une remise en liberté mais avait été de nouveau placé en détention en novembre 2017 pour avoir violé les termes de ce contrôle. En effet, il avait quitté son comté sans autorisation pour donner des concerts. Ses contrôles positifs aux stupéfiants n’avaient également pas arrangé son cas. La Cour suprême de Pennsylvanie avait ordonné sa remise en liberté condiotionnelle en avril 2018. Les ennuis judiciaires qu’a subis Meek Mill, sont les mêmes que des milliers d’Afro-américains subissent chaque jour aux Etats-Unis : “Ce qui arrive à Meek Mill n’est qu’un exemple de la façon dont notre système pénal enferme et harcèle des centaines de milliers de Noirs chaque jour”, avait déclaré et dénoncé Jay-Z en novembre 2017.