Après le drame du concert de Soolking au Stade du 20-Août-1955, 32 personnes ont été convoquées et auditionnées par le tribunal d’Alger… Il s’agit de déterminer les circonstances de la tragédie, et d’identifier les véritables responsables.

Le tribunal d’Abane Ramdane de Sidi M’hamed situé au centre d’Alger a entamé officiellement l’enquête judiciaire sur les circonstances du drame du stade du 20-Août-1955 lors du concert du rappeur Soolking… En effet, ce 22 août, le jour de fête s’est malheureusement transformé en jour funeste puisque 5 jeunes ont trouvé la mort lors d’une bousculade à l’entrée du concert de l’artiste algérien. On dénombrait également plus de 80 blessés. Des défaillances dans la sécurité autour de l’événement ont ainsi, et très rapidement, entraîné la démission de Meriem Merdaci, la ministre de la Culture… La tragédie a provoqué l’émoi du peuple algérien et d’autant plus de Soolking, qui a diffusé quelques jours après le drame un message de soutien aux familles sur ses réseaux sociaux, en français et en arabe en compagnie de Fianso en demandant une journée de deuil, et donc de silence, sur les réseaux sociaux justement…

À LIRE AUSSI: Soolking et Fianso : l’hommage aux victimes du concert à Alger [Vidéo]

L’ouverture du procès…

Ce sont pas moins de 32 personnes qui ont été convoquées et auditionnées aujourd’hui en ce début de semaine par les juges du tribunal d’Abane Ramdane dans le cadre de cette enquête. L’investigation doit déterminer les causes exactes ayant mené au décès de ces 5 personnes. Parmi les personnes convoquées et auditionnées se trouvaient le maire de la commune de Belouizdad, des hauts cadres de l’Office National des Droits de l’Auteur et des Droits Voisins (ONDA) dont le directeur Samy Benchikh, l’organisateur officiel du concert, le directeur d’une société de gardiennage qui avait été employée par l’ONDA pour “assurer la sécurité et veiller sur le bon déroulement du concert”, ainsi que des agents de sécurité et des fonctionnaires du ministère de la Culture. Ces auditions devront apporter de véritables réponses à la gestion de cette organisation qui s’est révélée terriblement chaotique.

concert soolking alger


Le procès va se poursuivre pour aboutir à l’inculpation des responsables des défaillances. Selon les médias algériens, l’ex-directeur de l’ONDA est déjà en prison. Le juge d’instruction du tribunal de Sidi M’hammed aurait pris cette décision le 9 septembre, et placer Samy Benchikh en détention suite à ses explications…
2 autres personnes ont également été placées en détention : le responsable d’une entreprise d’assurance et celui d’une entreprise de sécurité employée par l’ONDA. 11 personnes ont aussi été placées sous contrôle judiciaire.
Il semblerait que la volonté des dirigeants algériens dans cette affaire soit d’aboutir rapidement à des conclusions.