2Pac : une interview rare de la légende du rap refait surface ! [Vidéo]

A l’occasion du 23ème anniversaire de la mort du légendaire rappeur, Tupac Shakur, décédé le 13 septembre 1996 à Las Vegas, MTV a retrouvé et publié, le 13 septembre 2019, une vidéo extrêmement rare du Mc en interview… qui livre pas mal anecdotes !

Datant d’octobre 1995, un an avant sa mort, la vidéo révèle une discussion sincère et profonde, sans langue de bois, de 20 minutes avec la journaliste Tabitha Soren, alors qu’ils déambulent le long de l’allée principale qui borde la plage de Venice Beach à Los Angeles. 2Pac se livre et revient sur son passé d’enfant pauvre, sur l’origine de son nom, la notoriété, sur sa relation avec son père biologique. Il raconte : “Je ne sais toujours pas qui il est. Je n’ai jamais fait de tests de paternité…” Il confie que sa vie aurait été différente s’il avait eu un papa ou juste une présence masculine à ses côtés. Malgré ce manque, il se voyait tout de même devenir daron : “Je pense que je serais un très, très bon père, parce que j’aime les enfants.”

De sa jeunesse difficile, il avoue “avoir essayé de vendre de la drogue, mais seulement pendant 2 semaines parce que ça n’était pas son truc. Il se souvient avoir été pizzaiolo quelque temps et avoir taffé dans un supermarché, où il devait remplir les sacs des clients. Il explique aussi pourquoi il s’est installé sur la côte ouest, après avoir abandonné ses études d’art du spectacle. En parlant de sa mère, Afeni Shakur, activiste au sein du mouvement des Black Panthers (dans les années 1960 et 197O), disparue le 2 mai 2016, 2pac raconte qu’elle lui a transmis sa conscience politique, et à quelle point elle était dépendante au crack : “J’aime ma mère. C’est une bombe pour moi, alors je l’aime avec ses défauts … C’était compliqué parce qu’elle était mon héros. Elle est mon héros.” Une addiction de sa mère qui lui a servi de leçon et qui l’a finalement maintenu loin de l’univers de la drogue.

À LIRE AUSSI: 2Pac : une mini-série sur sa relation avec sa mère bientôt disponible

Alors qu’il poursuit l’entretien, l’ex-rappeur du label Death Row Records, de Suge Knight et Dr. Dre, essaie des lunettes de soleil (“C’est pas mon style. Ce ne sont pas des Gaultier !” précise-t-il), se fait faire un tatouage et signe des autographes pour des fans. Il revient sur son enfance : “J’étais complètement l’opposé de ce que je suis maintenant. J’étais clame, réfléchi, je lisais beaucoup, j’écrivais des poème. Je tenais un journal intime…”

Il raconte également comment il a évolué et comment il se voit au moment de l’interview : “Je suis plus discipliné. J’ai plus confiance en moi.  L’argent a contribué à me faire avoir confiance en moi. Les cris de la foule m’ont donné confiance en moi. Avant cela, j’étais une coquille vide !”

A la fin de l’interview dans laquelle il apparaît souriant et apaisé, la journaliste demande à Pac si il lui serait encore possible de vivre une vie normale. Il est très claire sur le sujet, en répondant: “Non, mais je vais y travailler […] Mais d’ici là, je dois vivre la vie que j’ai, de façon la plus heureuse qu’il soit possible de faire avec ce que j’ai.Un constat qui prend une dimension particulièrement tragique quand on pense qu’un an plus tard il se faisait tuer en pleine rue.

2Pac – Interview de 1995 pour MTV :