L’annonce de Kaaris, de mettre un terme à ce projet de combat contre Booba dans un octogone en Suisse, a fait l’effet d’un bombe ! Si la position du rappeur Sevran ne passe pas du côté de B2O, Ris-Kaa apporte des preuves à ses propos…

À LIRE AUSSI: Kaaris refuse le combat contre Booba : “Je n’ai pas signé pour ça” !

Après l’annonce de Kaaris dans L’Equipe qui souhaite donc se retirer de l’organisation du combat dans l’octogone contre Booba ce 30 novembre 2019, les 2 artistes se sont parlés “directement” par vidéos interposées sur les réseaux sociaux. D’un côté, Booba rappelait à son adversaire qu’il ne pouvait plus faire machine arrière, qu’il se dégonfle et qu’il devra payer des pénalités (à hauteur de 300 000 euros) si vraiment il rompait le contrat qui les liait. Pour sa part, Kaaris n’en démord pas, les termes du contrat qui régissent ce combat ne sont pas respectés.

La société organisatrice de l’évènement, la SHC, a également publié un communiqué en forme de “droit de réponse”, expliquant qu’officiellement elle n’avait pas eu de nouvelles de Kaaris, ni de ses avocats depuis la signature du contrat. Il lui est rappelé qu’il devait “tenir un comportement exemplaire” et qu’il est “tenu à des obligations d’ordre contractuelle…” mais que selon eux, Kaaris “n’avait jamais eu l’intention d’honorer l’évènement SHC XIII de sa présence et de remplir ainsi ses obligations contractuelles contrairement à M. Yaffa (Booba)…” Mais surtout la SHC précise que selon eux Kaaris s’était “engagé contractuellement à participer à l’évènement SHC XIII sans condition de lieu.” Un point sur lequel l’auteur de Tchoin n’est vraiment pas d’accord !

https://www.instagram.com/p/B2m2Q4qAFQu/?utm_source=ig_web_copy_link

 

Kaaris est revenu cette nuit sur un point qui le dérange depuis qu’est apparue cette idée d’organiser un combat contre Booba afin de régler leurs différends. Le lien du combat est l’un des sujets de la discorde dans la préparation de l’évènement et ce depuis le début. En Belgique, en Tunisie, en Suisse… de nombreux pays ont ainsi été évoqués de la part des 2 camps, sachant que leurs soucis de justice engendrés par leur bagarre à l’aéroport d’Orly allaient leur porter préjudice auprès des diverses instances décisionnaires. Dernièrement, la ville de Bâle où devait se ternir la rencontre avait préféré s’opposer à celui-ci, obligeant les organisateurs a se tourner vers un autre lieu à Genève. Et si la SHC rappelle à Kaaris qu’il s’était engagé “contractuellement à se battre quelque soit le lieu choisi, comme Booba l’a également mentionné dans ses vidéos postées sur Insta, le sevranais a publié en story sur IG un document qui dit le contraire. Surlignant un article qui semble être le contrat qu’il a signé, on peut lire que le lieu y est bien précisé : “en Suisse, le 30 novembre 2019 dans l’enceinte de la St. Jakobshall à Bâle”, mais surtout, comme le signifie Kaaris en commentaire de son post, “la date et/ou le lieu de l’évènement pourront être modifiés d’un commun accord entre les parties…” En conclusion, il souligne : “y’a pas d’accord, vous faites tout tout seul” !!!

kaaris contrat instagram