Alors qu’Alain Soral a été condamné à un an de prison pour des propos antisémites, Zemmour est visé par une enquête pour son discours tenu lors de la Convention de la droite le samedi 28 septembre. Des propos qu’il a maintenus face à son collègue Eric Naulleau, dans leur émission commune, Zemmour et Noulleau sur Paris Première.

Difficile d’être passer à côté de cette polémique ces derniers jours tant les propos tenus par Eric Zemmour étaient violents. Zemmour s’est en effet fait remarqué le 28 septembre lors de la Convention de la droite, organisée par des proches de l’ex-députée d’extrême droite Marion Maréchal, avec lequel Soral a également des affinités, et où il était invité à s’exprimer. Un discours intégralement retransmis (et en direct) sur LCI, chaîne d’info du groupe TF1, et dans lequel le journalise, essayiste et polémiste s’est violemment attaqué aux immigrés (vus comme des colonisateurs) et à l’Islam, qu’il a comparé au nazisme. Guidé par les écrits de l’écrivain Renaud Camus, et sa thèse du “grand remplacement, il a longuement expliqué sa pensée : “En France, comme dans toute l’Europe, tous nos problèmes sont aggravés -je ne dis pas créés – par l’immigration : école, logement, chômage, déficits sociaux, dette publique, ordre public, prisons, qualifications professionnelles, urgences aux hôpitaux, drogue… Et tous nos problèmes aggravés par l’immigration sont aggravés par l’islam. C’est la double peine…” Mais Eric Zemmour a délivré de nombreuses autres thèses et analyses douteuses, comme à propos de l’Etat français quand il a déclaré que ce dernier était “l’arme de destruction de la nation et de l’asservissement de son peuple, du remplacement de son peuple par un autre peuple, une autre civilisation”.

À LIRE AUSSI: Alain Soral condamné à un an de prison ferme pour injure publique !

Zemmour déjà condamné…

Déjà condamné pour provocation à la haine religieuse, Eric Zemmour a pourtant toujours le droit de citer à la télévision et à radio, notamment sur Paris Première, RTL et au Figaro. Pour ses nouvelles déclarations, il est aujourd’hui visé par une nouvelle enquête ouverte par le parquet de Paris pour “injures publiques en raison de l’origine ou de l’appartenance ou de la non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée” et “provocation publique à la discrimination, la haine ou la violence, à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée”. Avec ses interventions régulières en public et très souvent outrageuses, et ses condamnations, l’homme qui partage le plateau de l’émission Zemmour et Naulleau sur Paris Première avec Eric Naulleau, semble donc mériter, autant que Soral d’être condamné, sinon à de la prison ferme, au moins au silence médiatique. Pourtant, Zemmour est toujours bien présent, et régulièrement les uns et les autres s’interrogent sur sa place dans les médias, et la fameuse liberté d’expression. Mais jusqu’à quand ?

noulleau zemmour paris premiere

“Je maintiens” !

Ce 2 octobre, son collègue Eric Naulleau, estimant enfin que Zemmour avait dépassé les limites, jugeant ses déclarations “indignes, décidait de lui demander des explications dans leur talk-show diffusé sur Paris Première. Comme il l’avait annoncé quelques heures plus tôt dans TPMP face à Cyril Hanouna.
“Je vais m’exprimer en tant que contradicteur et en tant qu’ami. J’ai été consterné de te voir prendre place dans un aréopage très douteux. […] Ce n’était pas de ton niveau. […] Pour moi, tu as franchi toutes les limites, notamment avec la comparaison entre le nazisme et l’islam, a lancé Naulleau avant de poursuivre : “C’est une insulte envers tous les musulmans de France, dont la plupart vivent paisiblement, et envers tous ceux qui, soit personnellement soit à travers leur famille, ont subi le nazisme. On ne peut pas comparer une religion avec les excès d’une religion. C’est indigne”. Devant les critiques de son partenaire Zemmour, fidèle à lui-même, a tout simplement répondu en maintenant ses propos : “Je maintiens” et “je n’injurie personne” puisque selon ses dires : “On a le droit de critiquer une religion” ! Et Naulleau de conclure : “Il y a des choses qu’on ne peut plus faire. […] Tu t’es abaissé au plus bas niveau démagogique. […] Tu t’égares” !

Les autres réactions…

Alors que le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a indiqué avoir reçu “près de 400 saisines liées à la diffusion du discours de Zemmour sur LCI, cette polémique a suscité de nombreuses réactions. Si des journalistes travaillant dans des organes de presse où Zemmour officie s’interrogent aujourd’hui sur le maintien de ce dernier, Edouard Philippe et François Hollande se sont exprimés sur le sujet. Le premier ministre a qualifié les propos de Zemmour de nauséabonds et profondément contraires à l’idée que nous nous faisons de la France et de la République”, quand l’ancien président Hollande a déclaré sur France Inter : “Eric Zemmour travaille dans des organes de presse et pas n’importe lesquels. Si l’on pense qu’il tient des propos qui dépassent toutes les limites et qui franchissent toutes les digues, il y a bien un moment où il faut prendre des responsabilités…” Sous-entendu lui interdire de pouvoir prendre la parole dans les médias !

Du côté de LCI, dès le 29 septembre, la SDJ avait tenu à exprimer son désaccord avec la retransmission du discours d’Eric Zemmour, rappelant la récente condamnation du polémiste. Sur Paris Première, la direction a fait savoir qu’elle avait convoqué Zemmour avant la diffusion de l’émission  avec Naulleau “afin de revenir sur sa participation récente à des événements politiques et sur les propos particulièrement choquants et provocateurs” qu’il avait tenus. La direction explique qu’il a “été rappelé fermement les conditions de sa participation” à Zemmour et Naulleau. Rien qui n’a donc empêché Zemmour de maintenir ses déclarations…