Un homme de 22 ans est mort ce dimanche à Villiers-le-Bel (95) après avoir heurté un véhicule de police. Les versions divergent sur les circonstances de son accident.

Il s’appelait Ibrahima, avait 22 ans et était originaire de Sarcelles. Alors que des policiers effectuaient un contrôle de police dans le quartier de la Cerisaie, à Villiers-le-Bel (95), aux alentours de 17 heures, le jeune homme, qui circulait sur une moto, s’engage dans la même rue. Il va alors percuter un véhicule des forces de l’ordre arrivé en renfort avant de venir taper violemment un poteau métallique se trouvant sur le trottoir puis de tomber inconscient. Malgré le massage cardiaque effectué par les policiers puis la prise en charge rapide des pompiers, le jeune homme décédera à son arrivée à l’hôpital, à 18h30.

Immédiatement, les personnes se trouvant sur les lieux vont accuser les forces de l’ordre d’avoir volontairement barré la route du jeune en moto, provoquant son accident et donc, son décès. Mais dans un communiqué publié dans la soirée, le Préfet du Val-d’Oise explique qu’Ibrahima, voyant un policier lui faire signe de s’arrêter, aurait tenter de fuir en montant sur le trottoir et aurait perdu le contrôle de son véhicule avant d’heurter le poteau. 2 versions totalement opposées s’affrontent donc aujourd’hui, et l’ouverture d’une enquête par la Sûreté départementale devrait permettre d’établir les circonstances de ce terrible accident.

Une affaire qui fait craindre des incidents à venir entre jeunes et policiers, près de 12 ans après le décès de 2 adolescents, là aussi à Villiers-le-Bel et dans un accident de moto impliquant des forces de l’ordre. Alors que ces derniers ont manifesté la semaine dernière à Paris, réclamant notamment le renforcement des moyens qui leurs sont accordés, cette affaire risque en tout cas de relancer les très nombreux débats sur les méthodes employées par certains policiers.

Le rappeur LECK s’est également fait le porte-parole d’une marche organisée cet après-midi, à 17 heures, sur les lieux de l’accident et visant à dénoncer les violences policières.