Lil Peep : sa mère poursuit le label de son fils pour sa mort…

1 an et demi après la mort de Lil Peep, sa mère Liza Womack attaque en justice son label First Access Entertainment pour négligence. Elle met en cause la responsabilité de celui-ci dans son décès suite à une overdose. 

Le 15 novembre 2017, Lil Peep a été retrouvé inconscient dans le bus de sa tournée à Tucson, dans l’Arizona, d’une overdose de fentanyl et Xanax à l’âge de 21 ans. De son vrai nom, Gustav Elijah Ahr, a commencé à enregistrer quelques mix-tapes en 2015, avant de connaître le succès avec son 1er album Cover Over When You’re Sober pt.1, en août 2017.

À LIRE AUSSI: Le rapport de toxicologie de Lil Peep révèle la présence de nombreuses drogues…

La guerre est déclarée…

La mère du rappeur Lil Peep, Liza Womack, a intenté une action en justice contre le label First Access Entertainment, qui a accompagné la carrière de son fils, pour sollicitation aux substances illégales. Dans ses termes, la poursuite affirment que la société a favorisé, promu et encouragé l’artiste à l’usage de drogues afin de mieux le contrôler pendant qu’il était en tournée. Interrogée par le New York Times, Liza Womack a expliqué l’enjeu de la plainte : C’est quelque chose que je dois faire en tant que mère. Ce que Gus a dû vivre est en fait horrible pour moi, et je suis sûre qu’il n’est pas la seule personne de son âge dans cette situation.

lil peep

Selon la plainte, Sarah Stennett (la directrice générale de First Access Entertainment) aurait offert des bouteilles de pilules, notamment du Xanax, à l’artiste. Et Belinda Mercer (l’organisatrice de sa dernière tournée) lui aurait fourni de la kétamine. De plus, selon le magazine Variety, la nuit précédant la mort du rappeur, Belinda Mercer aurait clairement prié des membres du personnel de la tournée de se procurer de la drogue.

Le label a contre-attaqué avec une déclaration dans Rolling Stones : La mort de Lil Peep suite à une surdose accidentelle de drogues était une terrible tragédie. Toutefois, l’affirmation selon laquelle First Access Entertainment, l’un de ses employés ou Chase Ortega (son manager, Ndlr) ou toutes autres personnes soient responsables de sa mort, complices ou encore y aurait contribué est catégoriquement faux. En fait, nous avons constamment encouragé Peep a cesser de consommer de la drogue et à prendre des distances de l’influence négative des toxicomanes avec lesquels il avait choisi de s’associer. […] Il est extrêmement décevant que la mère de Peep dépose une plainte sans fondement, car elle est bien consciente des nombreux efforts déployés par First Access et Chase Ortega pour éloigner son fils de ses choix de mode de vie. Malheureusement, malgré tous nos efforts, il était un adulte qui prenait ses propres décisions et choisissait de suivre une voie différente, plus destructrice.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🐣👅fucc it

Une publication partagée par @ lilpeep le

L’avocat de Liza Womack a confié : Nous reconnaissons évidemment que Gus avait un rôle à jouer. Mais dans l’évaluation de la responsabilité légale de la mort prématurée de quelqu’un, il ne s’agit pas d’une décision binaire. First Access avait le pouvoir, ils avaient l’influence et le contrôle sur la carrière de Gus, et plus particulièrement sur cette tournée, d’autant qu’il existe des tâches permettant de réaliser ce type de contrôle.

Dans ce procès intenté dans le comté de Los Angeles, Liza Womack vise à obtenir des dommages et intérêts non spécifiés pour négligence, rupture de contrat et décès injustifié.