Après les propos du manager des Houston Rockets qui a ouvertement affirmé soutenir Hong-Kong, la Chine menace de boycotter la NBA, avec pour conséquences d’importantes baisses de revenus. Donald Trump s’est lui aussi mêlé de cette affaire.

En appelant les milliers de manifestants d’Hong-Kong à résister “face à l’oppression exercée par l’armée Chinoise”, le Général Manager des Houston Rockets s’attendaient à faire parler, mais il n’imaginait sans doute pas les conséquences de ces paroles. Prononcés quelques heures avant le début d’une grande tournée de plusieurs jours en Chine où doivent avoir lieu plusieurs matchs et de nombreuses opérations promotionnelles, les propos du boss de l’équipe de James Harden ont provoqué de nombreuses réactions.

Dans la foulée, et malgré la suppression du message polémique, le diffuseur de la NBA en Chine CNCC a annoncé qu’elle ne diffuserait aucun match de cette pré-saison, sans se positionner définitivement pour la saison qui débutera dans quelques semaines. De nombreux sponsors Chinois ont également annoncé la rupture de leurs contrats avec la NBA ou les équipes composant la ligue. Selon certaines sources, ces pertes de recettes pourrait se traduire par une baisse des budgets des franchises allant jusqu’à 20% des sommes actuellement engagées, et ceux dès la saison 2020/2021. Face à cette situation particulièrement embarrassante, le boss de la NBA, Adam Silver, a confirmé les nombreux problèmes créés par cette déclaration, mais à refuser de la condamner, évoquant tout simplement la défense de la liberté d’expression.

Face à cette situation qui crée évidemment un début de crise diplomatique avec la Chine, Donald Trump a refusé de prendre position. Il s’est même moqué des coachs des Golden State Warriors et des San Antonio Spurs, Steve Kerr et Greg Popovich, qui, comme de nombreux membres importants de la ligue, ont pris fait et cause contre lui :La NBA, c’est différent. J’ai vu ce gars, Steve Kerr, qui était comme un petit garçon, effrayé de répondre à la question. Il ne pouvait pas répondre, il tremblait. ”Oh je ne sais pas, je ne sais pas”. Et après, il va mal parler des Etats-Unis. J’ai vu Popovich faire à peu près la même chose, même s’il n’avait pas l’air aussi effrayé. Mais ils parlent mal des Etats-Unis, et quand ils parlent de la Chine, ils ne disent rien de méchant. Je trouve ça assez triste. Ça va être intéressant. Ils doivent gérer leurs problèmes. La NBA sait ce qu’elle fait. Mais j’ai vu comment Kerr, Popovich et les autres se courbent devant la Chine alors qu’ils ne le font pas devant leur propre pays. Comme s’ils ne le respectaient pas.