Pharrell Williams : La chanson Blurred Lines, son plus grand regret…

6 ans après la sortie de son hit Blurred Lines avec Robin Thicke, Pharrell Williams a exprimé ce qu’il pensait aujourd’hui du morceau…

Pour son numéro du mois de novembre, Pharrell Williams a été choisi pour être en couverture du magazine GQ américain. Dans ce cadre, le chanteur et musicien (et biznessman) est revenu sur le tube Blurred Lines sorti en 2013, qu’il avait coécrit avec et pour Robin Thicke, avec en featuring T.I. Très vite devenu un tube planétaire, le titre s’est vendu à plus de 14 millions d’exemplaires, et réunit plus de 624 millions de vues sur YouTube.

Mes chansons contribuaient à ce monde machiste

Les paroles de la chanson évoquaient une jeune fille qui rêve d’une nuit de sexe torride sans oser le dire. Des paroles très vite dénoncées comme étant sexistes, misogynes et vulgaires mises en images dans un clip où les femmes ont été vues, par les critiques et de nombreuses féministes, comme des objets. Une vidéo qui a accessoirement révélé la jeune mannequin Emily Ratajkowski, devenue actrice (Gone Girl, We Are Your Friends).

Si Pharrell Williams ne comprenait pas pourquoi la chanson qu’il a coproduite, et sur laquelle il a également posé en guest, suscitait autant de controverses, aujourd’hui, il a pris du recul et explique : Quand ça a commencé à devenir un problème, par rapport aux paroles, j’étais en mode “de quoi vous parlez ? Il y a des femmes qui aiment vraiment bien la chanson” et “and I know you want it” : les femmes chantent ce genre de parole tout le temps. Donc, je ne comprenais pas le rapport avec le viol […] Je crois que Blurred Lines m’a ouvert les yeux. Je me suis rendu compte que des hommes parlent ainsi lorsqu’ils profitent d’une femme. Mon esprit a alors compris ce que la chanson voulait réellement dire, et comment elle pouvait affecter celles et ceux qui l’écoutent. J’ai pris conscience que nous vivions dans une société machiste. Je ne l’avais pas compris avant, ni que certaines de mes chansons contribuaient à ce monde machiste. Cela m’a complètement bouleversé….

À LIRE AUSSI: Pharrell et Robin Thicke condamnés à 5 millions de $ pour Blurred Lines

Une chanson plagiée

Si elle a connu un succès mondial, la chanson a aussi été au cœur d’une vive bataille judiciaire. Les héritiers du chanteur Marvin Gaye, assassiné en 1984, ont accusé Robin Thicke et Pharrell Williams, d’avoir plagié sa chanson Got To Give It Up. En 2015, lors d’une 1ère instance, ils ont été condamné à verser 7,4 millions de dollars aux ayants-droits du Prince de la Soul, Marvin Gaye. Une somme revue à la baisse depuis un procès en appel, où le tribunal de Californie avait été conduit à rechercher une erreur de procédure, comme l’avait revendiqué les 2 artistes et auteurs de Blurred Lines. Ils seront alors finalement condamnés à verser 5 millions de dollars aux ayants-droits de l’auteur de la chanson parue en 1977, ainsi que 50% des droits d’auteurs perçus.

Mais Robin Thicke et Pharrell Williams ne sont pas les seuls à avoir été accusé par la famille de l’interprète de Sexual Healing. Ed Sheeran en a fait aussi les frais quand l’entourage de Marvin Gaye a reproché au chanteur britannique d’avoir plagié Let’s Get It On pour son tube Thinking Out Loud. La famille Gaye réclamait alors 85 millions de dollars de dommages et d’intérêts. Si Ed Sheeran a demandé à ce que les poursuites soient abandonnées, sa requête a été refusée par le juge Louis Stanton du district de Manhattan. Ce dernier trouvait qu’il y avait des similarités substantielles au niveau de la ligne de basse et de percussions. De son côté, l’artiste s’est défendu de toute accusation de plagiat, affirmant que le titre de Marvin Gaye aspire à un thème sexuel, tandis que son morceau reflète un côté plus sombre, mélancolique et romantique…