Condamné il y a quelques mois pour son titre polémique Pendez les blancs, Nick Conrad a été blanchi ce lundi dans le cadre d’une nouvelle affaire qui concernait cette fois le morceau Doux Pays.

Méconnu il y a encore quelques mois, Nick Conrad, rappeur originaire de Noisy-le-Grand (93), a largement crée la polémique l’an dernier en sortant le titre Pendez les blancs en septembre 2018. Un morceau accompagné d’un clip qui avait choqué de nombreux internautes mais plusieurs hommes politiques, qui s’étaient empressés de qualifier l’œuvre de Conrad d’incitation à la haine sur fond de racisme anti-blanc. Une affaire qui avait beaucoup de bruit et s’était conclue par un procès durant lequel Nick Conrad avait été reconnu coupable de provocation au crime et condamné à une amende de 5 000 euros avec sursis en mars dernier.

À LIRE AUSSI: Nick Conrad condamné pour Pendez les blancs, découvre le verdict

Un procès qui ne l’avait pas arrêté puisqu’il avait révélé en mai Doux pays, un morceau où il revenait sur cette affaire et affirmait “baiser” et “brûler la France” tout en tuant une jeune femme blanche représentant la France dans le clip, évidemment en forme de provocations. Là encore, la justice avait été rapidement saisie, notamment après un signalement du Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner en personne, et ce malgré un message de Conrad à la fin du clip, expliquant que le terme France était synonyme à ses yeux de “mentalité française”.

Selon une information révélée ce matin par LCI, l’affaire a été classé sans suite par la justice à la suite de l’enquête menée par la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). Une victoire pour Nick Conrad qui n’a pas été médiatisée avant aujourd’hui et les révélations de la chaîne d’informations en continu. Elle permettra donc au rappeur de poursuivre sa carrière, même si ces prochains titres risquent d’être particulièrement scrutés.