Après avoir connu plusieurs démêlés judiciaires ces derniers mois, en France comme aux Etats-Unis, Zola a été condamné ce jeudi pour possession de cannabis et d’une balle de revolver.

Originaire d’Evry (91), Zola a, comme de nombreux jeunes artistes ces derniers temps, connu une très belle ascension l’année dernière. Celui qui s’était lancé en solo en 2017 avec les titres Alloicizolaski et Belles Femmes va rapidement attirer l’oreille de DJ Kore qui le fera rapidement signer sur sa structure AWA Gang. Fort d’un buzz grandissant, Zola sortira finalement son 1er album Cicatrices en avril dernier, un projet sur lequel il avait invité Ninho, Key Largo et Noname. Il était également présent sur la B.O du film Taxi 5 (avec Franck Gastambide et Malik Bentahla) grâce au morceau California Girl.

À LIRE AUSSI: Zola lâche Cicatrices, son 1er projet avec Ninho, Key Largo… [Sons]

Malgré ce succès important, Zola reste confronté à de nombreux problèmes avec la justice. C’est ainsi qu’on a appris ce jeudi soir sa condamnation à une amende de 300 euros pour transport sans motif légitime de munition (une balle de revolver) mais aussi pour détention non autorisée de stupéfiants. Des faits qui remontent au mois de novembre 2018 après un contrôle de police dans son quartier du Parc aux Biches. Les policiers, qui affirment avoir vu le rappeur et un ami à lui fumer un joint, ont alors procédé à une fouille et sont tombés une balle de revolver 7.65.

Face à cette découverte, Zola a expliqué avoir simplement ramassé la munition “par terre devant “un magasin Leader Price à Saint-Denis. Si une perquisition a ensuite été menée à son domicile, aucune arme n’a cependant été retrouvée, lui évitant des soucis bien plus importants. Toutefois, la police a trouvé 450 euros en liquide et 2 “sachets brunâtres qui correspondaient à du cannabis. Face à ces accusations, le procureur avait requis à une amende de 600 euros, en raison d’un revenu fixe de 2 000 euros par mois. Finalement, il ne paiera seulement 300 euros.

Zola incarcéré aux Etats-Unis

Au mois de septembre, Zola avait également été emprisonné aux Etats-Unis par les services de l’immigration. Une information dévoilée à l’époque Olivia Fox, une jeune américaine proche du rappeur. Fort heureusement, il avait été libéré quelques jours apres, rassurant rapidement sa communauté avec un message sur Instagram sans toutefois évoquer les raisons de cette arrestation.