Alors que le président du club de Brescia a fait hier une déclaration aux relents racistes visant Balotelli, il a tenté de se justifier aujourd’hui en plaidant la maladresse.

Revenu cet été en Italie après plusieurs mois de discussion, Mario Balotelli a choisi de rejoindre le club de sa ville d’origine, Brescia. Une décision évidemment surprenante mais qui témoignait d’un réel attachement pour les terres qui l’ont vu grandir. Malgré tout, avec 2 buts en 7 matchs joués, le pari ne paye pour l’instant pas et les doutes commencent à grandir. Ainsi, cette semaine, le coach de l’équipe Fabio Grosso a carrément décidé de renvoyer Balotelli, auteur d’un entraînement décevant, chez lui. Une affaire qui a évidemment fait du bruit chez les supporters, faisant réagir le président du club Massimo Cellino, interrogé hier à l’occasion de l’assemblée générale de la ligue de football italienne : “Qu’est-ce que je dois vous dire à propos de Balotelli ? Qu’il est noir, qu’il essaye de s’éclaircir et qu’il a de grandes difficultés”.

Une “simple maladresse ?”

Une déclaration qui s’est très rapidement propagée sur les réseaux sociaux et a rapidement fait réagir les internautes, tous criant à l’acharnement et manifestant leur surprise alors qu’il est l’employeur de Balotelli. Et si ce dernier n’a pas répondu, le club de Brescia a pris les devants en publiant un communiqué ayant pour but de faire dégonfler la polémique : Eu égard aux propos tenus cet après-midi par le président Massimo Cellino sur notre joueur Mario Balotelli, le Brescia Calcio précise évidemment qu’il s’agit d’une blague basée sur le paradoxe, et clairement mal interprétée, prononcée dans le but de dédramatiser une exposition médiatique excessive et avec l’intention de protéger le joueur lui-même”. 

Un sarcasme prétendu pas vraiment détectable en vidéo et qui s’est suivi d’un monologue critiquant largement le joueur, qui n’était plus selon lui “un vrai joueur de foot”. Bref, Cellino tente de se rattraper comme il le peut…