XXXTentacion : découvre son nouvel album posthume, Bad Vibes Forever

Le nouvel album posthume de XXXTentacion, Bad Vibes Forever, est disponible depuis cette nuit.

Plus d’un an et demi après son assassinat à seulement 20 ans alors qu’il sortait d’un magasin, XXXTentacion reste dans la mémoire collective comme un prodige n’ayant pas pu exprimer son potentiel. Malgré tout, sa mère a choisi d’honorer sa mémoire en accumulant les morceaux qui n’étaient pas encore sortis ainsi que ceux n’ayant pas été menés à bien afin de les offrir au public. C’est ainsi qu’elle a largement œuvré à la sortie d’un 1er album posthume intitulé Skins en décembre 2018, ainsi que pour la réédition de l’album ? il y a 3 mois.

À LIRE AUSSI: XXXTentacion : son album posthume Skins est disponible ! [Sons]

Bien décidé à poursuivre l’exploitation de la musique de son fils, Cléopatra Bernard a ainsi annoncé il y a quelques semaines l’arrivée d’un nouveau projet posthume contenant plusieurs inédits de XXXTentacion. Des morceaux sur lesquels a également convié plusieurs artistes de renom, de Lil Wayne à Rick Ross en passant par Tory Lanez, Mavado, Blink-182 ou encore Trippie Redd. Des horizons musicaux bien différents à l’image de la musique de XXX, capable de proposer des titres aussi bien rap que beaucoup plus rock ou encore dansant et entraînant. Un gros travail désormais disponible puisque Bad Vibes Forever a été publié comme prévu cette nuit sur les différentes plateformes de streaming.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Bad vibes forever 🤓

Une publication partagée par @ cleo_ohsojazzy le

XXXTentacion – Bad Vibes Forever :

L’occasion de rendre un nouvel hommage à un artiste qui avait tout pour devenir l’une des plus grandes stars du rap américain. Le procès des différentes personnes responsables de son décès est d’ailleurs toujours en attente et nous promet plusieurs surprises. L’un des principaux suspects, Michael Boatwright, a notamment réclamé il y a peu sa libération, affirmant que les forces de l’ordre l’ayant interrogé avaient violé ses droits et avaient donc commis une faute grave.