Alors que le procès de 6ix9ine avait lieu ce soir, mercredi 18 décembre, le rappeur a été condamné à 2 ans de prison ainsi que 5 ans de liberté conditionnelle. Incarcéré depuis novembre 2018, il devra encore attendre 11 mois pour retrouver la liberté.

Voilà un très gros rebondissement auquel beaucoup ne s’attendait sans doute pas. Tandis que le très attendu procès de 6ix9ine avait lieu ce mercredi 18 décembre, le juge en charge du dossier a finalement condamné le rappeur à 24 mois de prison et 5 ans de liberté conditionnelle, évoquant les actes “égoïstes et violents” qu’il a commis dans le passé. Incarcéré depuis novembre 2018, 6ix9ine devra donc rester 11 mois supplémentaire derrière les barreaux, soit jusqu’en novembre 2020. Une peine relativement faible au vu des 47 ans d’enfermement qu’il encourait avant son procès, mais qui peut paraître surprenante tant ses proches, à commencer par sa petite-amie, paraissaient confiant quant à une libération immédiate.

“M. Hernandez, si vous pensiez sortir aujourd’hui, vous allez être déçu. Mais vous avez été très intelligent en collaborant. Des années supplémentaires de liberté seront le résultat de cette collaboration.

“M. Hernandez, s’il vous plait levez-vous. Voici le jugement de la cour : vous devez effectuer 24 mois en prison, ainsi que 5 ans en liberté conditionnelle.”

Une coopération fructueuse

Au cours d’une procédure très rapide, le juge a notamment énuméré les nombreux délits que la justice reprochait à 6ix9ine, tout en évoquant les courriers envoyés par des victimes du rappeur et de son ancien gang ces derniers jours (pour demander son maintien en prison). Il a néanmoins largement salué la prise de conscience de Tekashi, de son vrai nom Daniel Hernandez, affirmant qu’il avait fait preuve de courage en dénoncant ses anciens partenaires, quitte à risquer sa vie et celle de ses proches. Une collaboration étroite avec la justice qui permettra donc à 6ix9ine d’être libéré dans moins d’un an, lui qui a déjà signé un contrat avec un label afin de produire 2 disques à sa sortie de prison.

“Votre coopération était courageuse. La danger est d’autant plus grand à cause de votre carrière, que vous souhaitez poursuivre si j’ai bien compris. Le fait que vous soyez aussi reconnaissable ne vous aide pas.”

“Vous avez rencontré le gouvernement 26 fois pour les aider à décrypter des messages sur les réseaux sociaux. Votre coopération a aidé le gouvernement à démanteler un gang violent, pas juste les 6 personnes que vous avez initialement cités.”

“Je me doute que ce processus de coopération a été purificateur pour vous. Pour cette raison, vous méritez une réduction considérable et c’est ce que je vous donne aujourd’hui. J’ai suivi certains des commentaires durant le procès et j’en ai retiré certains.”