Au lendemain de la parution d’articles évoquant son passé judiciaire, Ladj Ly s’est expliqué et a notamment affirmé qu’il allait déposer contre les auteurs de ces révélations.

Ladj Ly a décidé de contre-attaquer. Au lendemain de la parution d’articles de Causeur puis de Valeurs Actuelles évoquant une supposée condamnation à de la prison ferme en 2011, le réalisateur des Les Misérables a tenu à rétablir la vérité à travers un communiqué. S’il confirme avoir effectué une peine de de prison, Ladj Ly explique qu’il était accusé d’enlèvement et de séquestration, et non de complicité de meurtre : “Ladj Ly a été condamné par la justice en 2011 et a purgé sa peine. Aucune violence ne lui était reprochée personnellement dans cette affaire, et a fortiori pas de complicité de tentative de meurtre, ni évidemment d’avoir voulu faire appliquer la charia”.

À LIRE AUSSI: Ladj Ly, réalisateur des Misérables : son sombre passé dévoilé

Le communiqué confirme également que le réalisateur originaire de Montfermeil allait prochainement déposer plainte pour diffamation contre Causeur et Valeurs Actuelles “Ladj Ly a chargé ses avocats, Maîtres Hervé Temime et Julia Minikowski, de porter plainte en diffamation et diffamation raciale contre Causeur et Valeurs Actuelles à la suite de la publication d’articles contenant de fausses accusations d’une extrême gravité à son encontre.”

Dans ces articles, les 2 médias évoquaient une sombre histoire de famille qui avait conduit un ami du réalisateur, Amad Ly, a mené une expédition punitive contre un homme, le mari de sa cousine, qu’il soupçonne d’avoir une liaison avec sa sœur. Accompagné de son frère et de Ladj Ly, il aurait passé à tabac l’homme lors d’une confrontation. Si d’après les récits, le frère ainsi que le réalisateur ont quitté les lieux à ce moment, Amad Ly aurait alors mis sa victime dans le coffre d’une voiture avant d’être amené dans un bois, d’où il parviendra à s’échapper. Finalement, le principal responsable sera condamné à 5 ans de prison quand ses 2 complices écoperont de 3 ans. Une peine que les condamnés ont évidemment effectué.