Gims répond aux nombreuses rumeurs sur “son pacte avec le diable”

Au cœur de nombreuses rumeurs depuis la sortie de son clip Le prix à payer, Gims y répond enfin !

Pour célébrer ses 10 ans de carrière, Gims a publié une nouvelle réédition de son opus Ceinture Noire au début du mois de décembre. Le chanteur franco-congolais y avait notamment dévoilé Le prix à payer, un titre produit par Renaud Rebillaud. L’occasion pour lui de revenir sur les hauts et les bas de sa carrière tout en évoquant un pacte particulier : “On fait des choses qu’on regrette vraiment/Avec le temps, j’ai prêté serment/J’l’ai fait sincèrement, on oublie bêtement/Je rêve d’une vie où je m’endors sagement/Je suis conscient que je dois tellement/Avec le temps j’ai prêté serment/J’l’ai fait sincèrement et je le dis clairement/J’ai fait des choses que je regrette vraiment”. Dans la vidéo, il pointe les mauvais côtés de l’industrie musicale depuis qu’il a signé “un contrat” avec son sang, symbole d’un pacte avec le diable. Une vidéo polémique, qui a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux.

À LIRE AUSSI: Gims lâche une nouvelle réédition de son album Ceinture Noire [Sons]

Le point sur les rumeurs

En conférence de presse à Dakar, Gims s’est exprimé au sujet du clip controversé, le décrivant comme le fardeau de l’industrie musicale : “Je vous rassure c’est purement de la métaphore. C’était une façon de retranscrire le show bizness. Vu que je sais qu’il y a énormément des rumeurs qui coulent sur moi, sur pleins d’artistes comme quoi j’avais fait un pacte, j’aurai vendu mon âme, ça fait rêver beaucoup des gens, surtout les africains, malheureusement, qui croient beaucoup à ces choses-là. Ils croient que dès qu’un africain réussi dans la musique, il a forcément vendu sa famille. Volontairement j’ai fait ce clip parce que je savais qu’il allait faire du bruit, qu’il allait faire parler, les gens ont parlé”. Surtout il conclut après avoir expliquer qu’il fallait interpréter ce clip comme un tableau, et que si un artiste blanc (comme Johnny Hallyday ou Mylène Farmer) avait fait la même chose, les conséquences n’auraient pas été les mêmes : “J’ai fait ça exprès pour montrer à quel point on peut manipuler les gens facilement.”

Gims v Maes

La venue au Sénégal de Gims a également déclenché un clash sur les réseaux sociaux. Lors d’une interview de Gims et Dadju dans l’émission Louy Dem Show, les 2 artistes ont semblé peu convaincus du talent de Maes. Enervé, ce dernier a déclenché les hostilités, menaçant de frapper Gims “comme son fils” et s’en est pris à son épouse DemDem et Dadju. Face à cela, Gims a réagi sur Snapchat avec la menace de s’en prendre à Maes et son entourage notamment Benab, le beatmaker Bersa et plusieurs personnes du label LDS. Des propos qui se ne semblent pas avoir effrayés Maes…

À LIRE AUSSI: Gims menace Maes après ses attaques sur les réseaux sociaux !