Mort d’un livreur lors d’une interpellation : l’autopsie révèle une asphyxie

L’autopsie effectuée sur le corps de Cédric Chouviat, un livreur décédé d’un arrêt cardiaque 2 jours après son interpellation par les forces de l’ordre, a révélé une asphyxie avec une fracture du larynx. Un résultat qui renforce l’hypothèse d’une bavure policière défendue par la famille de la victime.

Cédric Chouviat est-il mort en raison d’une arrestation brutale de la police ? 2 jours après que l’homme ait succombé à un arrêt cardiaque, qui faisait suite à son interpellation le 3 décembre dans le cadre d’un contrôle routier, les éléments s’accumulent contre les forces de l’ordre. Plusieurs vidéos montrant en effet l’interpellation brutale de ce père de 5 enfants âgé de 42 ans ont ainsi été rendues publiques par les avocats de la famille de la victime. On aperçoit dans un premier temps Cédric Chouviat revenir vers les policiers en les filmant pendant qu’ils lui adressent un PV, avant qu’il ne soit arrêté pour outrage.

Alors qu’ils avaient dans un 1er temps réfuté toute violence dans leur méthode d’interpellation, on y voit ensuite plusieurs policiers pratiquer la technique du “plaquage ventral”, qui consiste à porter son poids sur le torse de l’individu. Une technique très décriée et interdite dans de nombreux pays qui avait notamment été évoquée dans le cadre de la tristement célèbre affaire Adama Traoré, un jeune homme mort lors d’un contrôle de police en juillet 2016. On aperçoit également les jambes de Cédric Chouviat s’agiter alors qu’il est plaqué, la tête contre le sol. La personne qui a envoyé les vidéos aux avocats assurent également que les forces de l’ordre avaient aussi pratiqué une clé d’étranglement à la victime.

En plus de ces éléments déjà accablants, les résultats de l’autopsie pratiquée sur le corps de la victime font état d’une “asphyxie avec une fracture du larynx”, des éléments qui ont conduit le procureur de la République de Paris Rémy Heitz à ouvrir une information judiciaire pour “homicide involontaire”. Arié Alimi, qui défend la famille de Cédric Chouviat, a rapidement réagi à cette nouvelle en évoquant de nouveau la théorie d’une bavure policière, que dénonce les proches de la victime depuis l’annonce de son décès. De nouvelles investigations médico-légales vont donc être menées dans les prochains jours pour tenter de définir plus précisément les responsabilités dans cette affaire.