En prison depuis le mois de mai, Kodak Black s’est déjà exprimé sur son expérience derrière les barreaux. Aujourd’hui, il se plaint que la prison le tue lentement…

Incarcéré après s’être fait arrêté en 2019 à Miami pour pour possession d’armes à feu, le rappeur de 22 ans a été condamné à 3 ans et 10 mois de prison, quand le procureur réclamait 10 ans d’enfermement. Depuis, il fait parler de lui depuis sa cellule, tantôt en causant des bagarres, tantôt en trollant des artistes, ou encore en se plaignant sur ses conditions d’incarcération. En décembre, Kodak Black avait affirmé dans une publication Instagram qu’il avait été drogué, piégé et maltraité : “Peu de temps après, j’ai eu une altercation avec un détenu. Le même garde qui a refusé mon assistance médicale, m’a envoyé un jet de gaz lacrymogène, qui a altéré ma vision. J’étais inconscient, je ne savais pas qui me frappait et me tenait le visage. Bien que je fus maintenu au sol, il a appelé des renforts. Je les suppliais de me laisser respirer. Cette expérience de mort imminente m’a donné l’impression que des chiens me déchiraient la peau pendant qu’ils m’attrapaient et me tabassaient alors que j’étais sous l’influence d’une substance inconnue qui n’a mystérieusement pas ressurgi lors de mon analyse urinaire. Et bizarrement le détenu avec qui je me suis battu, a été libéré le lendemain […] Je me bats avec un autre détenu et un officier intervient pour se faire volontairement du mal et ainsi capitaliser sur mon statut de célébrité”.

À LIRE AUSSI: Kodak Black accuse les gardiens de prison de l’avoir drogué et tabassé !

Kodak Black proche de la mort ?

Jeudi 16 janvier, dans un nouveau message sur les réseaux, l’artiste originaire de Pompano Beach a affirmé qu’il sentait que sa vie était mise en danger, voire même qu’il se sentait “proche de la mort”, maintenant qu’il était pris pour cible : “Le lieutenant F. Arroyo a été très vindicatif envers moi. J’ai le fort sentiment que cela a quelque chose à voir avec le fait que j’ai été piégé, attaché, meurtri et brutalement battu 2 semaines avant mon rendez-vous au tribunal. Il y a une grande conspiration contre moi. Santiago Torres utilise à tort sa position au sein du Miami FDC et abuse de son autorité. Elle a écrit des rapports d’incident falsifiés sur moi, pour me faire perdre mes privilèges téléphoniques que j’obtiens une fois par semaine en isolement […] Un matin, elle m’a sorti de ma cellule pour me dire qu’elle allait “retirer ma jolie petite amie de ma liste de visites” […] On m’a refusé la visite de ma mère le 23 décembre, 2 jours avant Noël […] Ma famille n’a reçu aucune de mes lettres pour les vacances. Ce qui est à la limite cruel et contraire à l’éthique, mais comme si tout cela ne suffisait pas, le 31 décembre pour être précis, on m’a remis un plateau vide pour le petit déjeuner […] Ils me tuent stratégiquement lentement ici. J’ai été humilié encore et encore. Je suis très déçu de la façon dont ils m’ont traité, non seulement moi, mais tous les autres détenus de cet établissement”.

https://www.instagram.com/p/B7ZG1kll5B_/?utm_source=ig_embed

Condamné à près de 4 ans ferme, il encourt encore 30 ans de prison pour d’autres chefs d’inculpation tombés depuis son incarcération, cela n’empêche pas Kodak de réfléchir à la suite de sa carrière. Sur Instagram, l’interprète de ZEZE a interpellé récemment Drake en affirmant être un grand fan de sa musique tout en lui demandant de collaborer avec lui sur un album commun

À LIRE AUSSI: Kodak Black veut réaliser un album commun avec Drake